Le blog de Philippe Liria

Auteur, formateur, consultant et éditeur de français langue étrangère (FLE)

L’enseignement du français en Espagne, coup de gueule !

Posted by Philippe Liria sur 08/05/2011

Un bref séjour à Cadix m’a permis de voir que le français ne s’y portait pas si mal que ça. Il y a deux semaines, même constat à Grenade. On voit un peu partout se développer les établissements bilingues. Ce sont dans l’ensemble de bonnes nouvelles. On peut regretter qu’en Catalogne, pourtant si proche de la France, le français soit en chute libre. Dommage et il ne s’agit pas d’un regret nostalgique des temps où le français était la langue enseignée dans les écoles. Ce n’est pas non plus un regret de voir la langue d’Obama prendre le dessus sur celle de Sarko. L’anglais est indispensable et jamais je ne me lancerai dans ces discours agressifs contre cette langue, au contraire : qui peut se présenter à un emploi sans l’anglais ? On ne devrait même plus poser la question. Mais l’anglais seul n’est pas suffisant. On ne peut pretendre négocier avec des Français, rien qu’en anglais. Il faut donc absolument que notre langue retrouve, aux côtés de l’anglais, une vraie place, qu’elle cesse d’être une option, aux côtés de l’informatique. L’enseignement du français et des langues en général est pathétique en Espagne et notamment dans des communautés qui pourraient justement jouer sur leurs atouts plurilingues pour garantir Un contenu de qualité. C’est triste et c’est grave car il est question de la formation des générations futures.

Et puis, il ne s’agit pas seulement d’être efficace en français des affaires. Apprendre le français, c’est aussi l’ouverture vers d’autres cultures francophones. Il y a dans l’étude des langues un contenu culturel qu’on en peut oublier. Comment pouvons-nous convoir une construction européenne qui ignore la culture de son voisin le plus proche ou la réduit aux clichés ? C’est d’ailleurs peut-être pour cela que l’Europe n’avance pas : nous ne nous connaissons pas ou si peu, ou si mal. Dans le cas de l’Espagne, il est clair que plus ça va et plus la population s’éloigne de la langue français et des Français. Je ne parle bien sûr pas d’une certaine classe sociale, madrilène ou barcelonaise, qui se targue de francophilie et peut encore s’exprimer en dans la langue de Molière. Je parle de ces adolescents ou jeunes étudiants qui perçoivent le français comme une langue à laquelle rien ne les rattache. C’est bien triste ! Mais ce n’est pas de leur faute mais bien celles des institutions et des directions d’établissements qui décident de ranger le français dans la remise – dans le meilleur des cas – ou, c’est le plus courant, de le jeter aux ordures. Il paraît que les élèves n’en auraient plus besoin ! Si encore la qualité de l’enseignement de l’anglais permettait de dire que les élèves sortiront du secondaire presque bilingue, je pourrais presque accepter la situation du français. Mais nous savons que ce n’est pas le cas au point qu’en Espagne, heureusement qu’il y a d’excellentes écoles privées d’anglais pour adultes qui s’efforcent d’aider à faire remonter le niveau. Pathétique l’état de l’anglais, oui ! Alors imaginez celui du français : le prof de français se retrouve à enseigner éducation physique ou mathématiques. Je connais même des cas où le professeur de français natif est devenu professeur de catalan dans la banlieue de Barcelone pour couvrir ses heures. Demande-t-on à un ophtamologue de devenir dentiste pour couvrir ces heures ? J’appelle ça du n’importe quoi. Ça fait des années que ça dure mais avec la crise et les coupures budgétaires, on ne peut s’attendre à aucune amélioration. Au contraire !
Et puis, si le professeur de français arrive à exercer pleinement son activité – je vous assure que c’est rare -, encore faut-il voir dans quelles conditions ! Ceux qui sont en École Officielle de Langues pourront assez raisonnablement se consacrer à leur profession. Ceux de collèges et lycées publics, rarement et ceux du privé, encore moins. Le tout pour des salaires de misère. On parle souvent de la fuite des cerveaux en référence aux professionnels de domaines scientifiques mais on aurait tort de penser que les conséquences sont moindres quand il s’agit de professions du monde des lettres. Ni le monde d’aujourd’hui ni celui de demain ne peuvent pas se contenter d’avancer que sur des paramètres de rentabilité immédiate. Il appartient à nos responsables politiques de véritablement mettre en oeuvre les politiques nécesssaires pour que la connaissance des langues ne soient plus une simple fantaisie. D’intéressants exemples – perfectibles – où la langue vivante n’est plus simplement objet d’étude mais objet de transmission de savoir et d’échange voient le jour en Andalousie ou en Galice. Il faut les développer dans les communautés autonomes où ils existent et surtout les mettre en place dans celles où l’on se remplit la bouche de discours mais où on fait peu pour que cela devienne une réalité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :