Le blog de Philippe Liria

Auteur, formateur, consultant et éditeur de français langue étrangère (FLE)

On brade… À Berlin le tour !

Posted by Philippe Liria sur 27/04/2013

Institut français de Berlin

Institut français de Berlin

On brade ici et on liquide là-bas… Seul objectif : faire des économies. Alors on coupe ! Mercredi dernier, Libé rapportait la nouvelle de la nouvelle victime sur l’autel de cette politique d’austérité des gouvernements français, quelle que soit leur couleur : c’était au tour de l’Institut français de Berlin. Vous me direz qu’avec le record du taux de chômage en France, Matignon a d’autres chats à fouetter et puis on ne va pas faire un drame pour un vieux bâtiment ! Pourtant c’est un lieu de culture qui ferme et aussi, pour nous qui formons partie de la communauté du FLE, une partie de ce que nous sommes. Après Berlin, à qui le tour ? Car cette fermeture n’est malheureusement pas un phénomène isolé et on ne peut que s’interroger sur la mission réelle de l’Institut français (je pense ici à l’institution siégeant à Paris). Et ceux qui pensent qu’il y a des problèmes plus graves à traiter, ne devraient pas oubier que ces lieux de rencontres, de cultures et d’enseignements que sont les Alliances et les Instituts sont aussi la vitrine du pays, qu’ils servent de liens et que nos économies plongées dans le marasme et la morosité ne s’en sortiront que si elles sont ouvertes à l’extérieur. Ces lieux que la France ferme sont pourtant autant de portes pour trouver de nouveaux marchés ou permettre à d’autres d’entrer et donc de créer soit des ressources soit des emplois.
C’était donc ça le « nouveau souffle à la promotion de l’action culturelle extérieure » dont nous parlait Xavier Darcos lors de la création de l’Institut français, la France a souhaité donner un nouveau souffle à la promotion de son action culturelle extérieure. » ? Eh bien, bravo ! À quoi va servir de fanfaronner en page d’accueil du site le nombre d’établissements du Réseau si petit à petit, on demande à leur directeur de mettre la clé sous la porte ? Entre la précarisation des enseignants et le frein mis aux initiatives culturelles, il ne restera plus grand-chose, si ce n’est qu’une politique de façade et ces toasts dans les salons d’ambassade le jour de la Francophonie. Lamentable ! Franchement, je sens que je vais ajouter une nouvelle photo à mon mur des cons personnel – désolé, je ne laisserai personne le prendre en photo ! -. Ça ne servira pas à mettre fin à cette politique d’économie de bouts de chandelle mais au moins ça me calmera.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :