Le blog de Philippe Liria

Auteur, formateur, consultant et éditeur de français langue étrangère (FLE)

Archive for janvier 2014

MOOC Travailler en français. « Où et comment chercher ? » (2)

Posted by Philippe Liria sur 30/01/2014

Ajoutez votre grain de sel personnel… (facultatif)

Territoires des langues

« Parler de son bilan professionnel », par Bill Alder

C’était le rendez-vous linguistique de la semaine, à la fois théorique et pratique. Malgré quelques surprises techniques, les participants ont pu se présenter, parler de leurs expériences. Voici les moments clés de cette session :

  • Comment trouver un poste
  • Comprendre les contrats
  • « Je me présente »
  • Parler de son expérience et de ses diplômes
  • Exprimer la duréeparlerdeson bilan
Le programme complet de la première semaine se trouve ici.
La vidéo animée par Bill Alder est à voir sur cette page.
Pour la suite, rendez-vous jeudi soir ! Les participants vont apprendre à réaliser leur CV…

J’ai remarqué pour ma part que le niveau d’attention pendant le Mooc était différent d’un cours « classique », le fait d’être seul derrière son ordinateur oblige à aller chercher des informations autrement, à ouvrir très grand ses oreilles pour ne pas perdre le fil. Et dans cette aventure l’accompagnement des…

View original post 6 mots de plus

Posted in Actualité du français, Techno-pédagogie | Leave a Comment »

SEDIFRALE 2014… En français naturellement

Posted by Philippe Liria sur 27/01/2014

Capture d’écran 2014-01-27 à 10.02.18Plus que quelques jours pour le grand rendez-vous des professeurs de français et chercheurs en didactique du FLE. Après Rosario, en 2010, près de 500 professionnels du français vont se retrouver pour les SEDIFRALE 2014 du 4 au 7 février prochains à l’Université Nationale (UNA) à Heredia, autour d’ateliers, de conférences mais aussi de nombreuses activités culturelles.
SEDIFRALE : Heredia 2014 (vidéo Séb Duhem)

Avec mon collègue Pierre Montillau, le délégué EMDL au Mexique, nous vous proposons de nous rencontrer dans nos ateliers (v. programme EMDL) et de nous rendre visite sur le stand 08 que les Éditions Maison des Langues tiennent au 3e étage. Nous animerons aussi une présentation de nos nouveautés le mercredi 5.
J’espère vous retrouver très nombreux/-ses.

A très bientôt pour LE rendez-vous du français dans ce merveilleux pays qu’est le Costa Rica.

Pour en savoir plus sur le programme : SEDIFRALE 2014

Posted in Actualité du français, Ateliers et formations | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

MOOC Travailler en français. « Où et comment chercher ? » (1)

Posted by Philippe Liria sur 27/01/2014

Territoires des langues

La première visio-conférence avait lieu jeudi dernier. C’est Christine Bouin (Associée, co-gérante d’InnovAction, cabinet de consultants en ressources humaines) qui l’animait.

Voici une synthèse visuelle de toutes ses explications en 4 points :

  • Déterminer ses objectifs
  • Les formes de recrutements
  • Entretien de recrutement
  • Intégration dans l’entreprise

MOOC1-christine-bouin-basse-reso

 

Vous pouvez écouter et regarder l’enregistrement de la visio-conférence ici :

La suite est prévue demain soir à 19h avec une deuxième visio-conférence animée cette fois-ci par Bill Alder : parler de son bilan professionnel.

Toutes les infos se trouvent sur le site du MOOC Travailler en français.

Marion Charreau

View original post

Posted in En vrac | Leave a Comment »

Travailler en français, un MOOC pour le français professionnel

Posted by Philippe Liria sur 14/01/2014

« Très peu de gens ont aujourd’hui travaillé sur des MOOC dans le domaine du FLE. L’expérimentation nous permettra (…) de réfléchir à de nouvelles modalités d’apprentissage en ligne »

Capture d’écran 2014-01-14 à 21.32.48Comme le signale le Français dans le Monde dans son dossier consacré au français professionnel (‘Dossier : Français professionnel, nouveaux publics, nouvelles pratiques’ in FDLM nº391, janvier-février 2014), notre langue « devient également une langue forte à l’international car [elle] offre de réelles opportunités d’emploi. Les cours de français professionnel ou sur objectif spécifique connaissent ainsi un succès croissant dans les écoles du monde. » Et pas seulement dans les écoles… C’est ainsi qu’à partir du 15 janvier, les apprenants du monde entier pourront renforcer leur compétence en français professionnel grâce au lancement du MOOC Travailler en français.
Alors pour en savoir plus sur cette initiative internationale, j’ai demandé à l’une des coordinatrices du projet, Alix Creuzé, de l’Institut français d’Espagne, de bien vouloir répondre pour ce blog à quelques questions…

Alix Creuzé, co-coordinatrice du MOOC Travailler en français

Alix Creuzé, co-coordinatrice du MOOC Travailler en français

Comment est née l’idée de ce MOOC de français professionnel ?

Le projet Voyages en français est issu d’une collaboration entre l’Institut Français d’Espagne et la région Aquitaine. Il a permis à l’équipe de professeurs concepteurs de se connaître, d’apprendre à travailler ensemble, de mutualiser à distance, de partager leurs compétences, et enfin de s’apprécier. Nous avons souhaité faire vivre autrement les ressources et activités que nous avons créées collectivement. Voyages en français est un site où l’approche interculturelle est omniprésente. Nous avons sélectionné le thème du travail qui répond le plus aujourd’hui aux demandes de nos étudiants, que ce soit en cours présentiel ou à distance. Il s’agit là d’un complément, ouvert, gratuit, où chacun prend ce dont il a besoin en fonction de ses objectifs. En tant qu’animateurs nous interviendrons comme facilitateurs mais ne jouerons pas le rôle de professeurs au sens attendu du terme. Nous ne proposerons pas, par exemple, de corrections mais des pistes pour que chacun puisse s’auto-évaluer, s’auto-corriger ou pour faciliter la correction entre pairs.

Qui sont les organisateurs et quels sont leurs intérêts à proposer ce type de MOOC ?

Avant tout il est important de rappeler que ce projet est celui d’une équipe plus que celui d’une institution. Evidemment, nous sommes appuyés par les quatre Instituts Français partenaires qui ont permis la mise en œuvre du MOOC et ont un fort intérêt pour la démarche d’innovation pédagogique. L’Institut français de Madrid et notre directeur des cours Sylvan Pradeilles, soutiennent ce projet : cela se fait à travers ses ressources humaines (notre équipe travaille depuis 12 ans maintenant sur des dispositifs de français langue étrangère à distance), sa logistique, ses équipements (des salles de visio-conférences notamment), son expertise technique, sa communication. Les Instituts français de Milan, Brême et Londres et l’Open University sont aussi partenaires. Le partenariat se matérialise avant tout à travers le travail de chaque équipe comme vous le verrez pendant le MOOC ! Je souligne la forte implication de Gaëlle Robin, directrice du Centre de Langue de l’Institut français de Londres, dans toute la réalisation de ce projet.

Il s’agit d’expérimenter une approche complémentaire, qui peut venir en appui aux cours présentiels. Apprendre une langue aujourd’hui, c’est diversifier les occasions de la pratiquer mais savoir aussi se poser des questions, faire des choix concernant ses objectifs, son parcours, quelle que soit sa modalité d’apprentissage, en présentiel ou en ligne. A nous d’accompagner cette prise de conscience et ce temps de réflexion individuel de tout apprenant.

Par ailleurs, en tant qu’enseignants, nous devons réfléchir aux ressources qui nous sont offertes, en ligne et hors ligne, à la manière dont nous pouvons aider les apprenants à se les approprier et à en tirer le meilleur avantage sans se noyer.
Cette expérimentation fait ainsi partie d’une réflexion sur notre stratégie numérique en tant qu’organisme d’enseignement apprentissage du français langue étrangère.

Qui forme l’équipe ? Comment travaillez-vous entre vous ?

Ce sont les concepteurs du site Voyages en français, à Madrid, Milan, Brême, Londres. Ces quatre Instituts français collaborent aussi pour le cours de français en ligne que nous proposons pour les niveaux A1 à B2. Nous avons ainsi une démarche et une réflexion permanente sur ce qu’est apprendre à distance, travailler dans une dynamique de mutualisation mais aussi sur la complémentarité entre présentiel et en ligne. Jérôme Rambert co-coordonne ce MOOC avec moi, notamment à travers son expertise sur les outils Google. En effet nous aurions pu utiliser notre plateforme d’apprentissage en ligne Moodle, ou l’outil collaboratif Spip utilisé pour le site Voyages en français, mais cela n’allait pas suffisamment dans le sens de l’ouverture complète. La gratuité de l’outil a été un élément décisif puisque nous n’avons pas de budget de développement. Il est fortement envisageable que nous fassions d’autres choix s’il y a une suite à cette expérimentation.

Le cinquième partenaire est l’Open University à Londres à travers Tita Beaven qui a été partie prenante dans notre démarche collaborative depuis 2008 et qui a suggéré de « faire un MOOC ensemble » après une première expérience avec l’Open University.
Nous travaillons à distance, avec tous types d’outils collaboratifs et en communiquant par visioconférences. Nous nous rencontrons une fois par an.

Quels sont les contenus de ce MOOC ? Qui les crée ?

Les cinq thèmes principaux sont issus du site Voyages en français (rubrique Pratique). Nous avons donc tenté d’incarner ces ressources autrement, de leur donner une « vie pédagogique » différente en proposant des activités et en les associant à d’autres compléments disponibles en ligne (applications web 2.0, ressources de fle, etc.)
Je cite toujours François Mangenot quand il parlait il y a des années du rôle de l’enseignant, celui de « baliser les parcours« , c’est ce que nous avons fait en amont et que nous ferons durant toutes la durée du MOOC.

À qui s’adresse ce MOOC ? Y a-t-il un test d’accès pour vérifier le niveau minimum requis ?

Le MOOC s’adresse à des étudiants de niveau B1 en cours d’acquisition (B1.2 et plus pour être plus précis). Nous proposons un test d’auto-évaluation à réaliser la première semaine. Ensuite, c’est ouvert : s’inscrit qui s’estime suffisamment compétent pour participer, tant sur le plan du niveau de langue que de la compétence technique car il y a aussi quelques pré-requis, notamment pour suivre les visioconférences.

Vous annoncez des travaux collaboratifs. Comment se mettent-ils en place ? Qui les coordonne ? Comment les apprenants travaillent-ils entre eux ?

Capture d’écran 2014-01-14 à 21.34.11Nous mettons à leur disposition une boîte à outils. Nous voulons éviter la surcharge cognitive car nous ne sommes pas une formation TICE, mais il est difficile parfois de se limiter ! A chacun ensuite de faire sa propre sélection. Encore une fois nous ne sommes pas dans le cadre d’un cours en ligne (j’allais dire « cours en ligne traditionnel » puisqu’il fait aujourd’hui partie intégrante de notre offre de cours) comme nous le faisons sur notre campus de cours en ligne Moodle… Ici tout sera ouvert et s’appuiera sur l’implication des participants.
Les animateurs-facilitateurs veilleront à accompagner ce cheminement : être là pour faire vivre l’espace MOOC, répondre aux questions, donner des pistes, résoudre des problèmes concrets, etc.

Avez-vous élaboré ou élaborerez-vous des capsules video avec des modèles d’entretien d’embauche ? Introduisez-vous des concepts comme le CV-vidéo ?

Le concept est bien entendu abordé, ne serait-ce qu’au travers de ressources complémentaires que nous proposons sur le site Voyages en français. Les participants pourront réaliser leur CV vidéo avec des applications disponibles en ligne et les mettre en commun s’ils le souhaitent. En ce qui concerne les contenus, nous allons tenter, grâce à l’apport des experts qui interviendront dans les visioconférences, que les participants comprennent combien la faculté d’adaptation est importante pour trouver un emploi aujourd’hui quel que soit le pays dans lequel on travaille. Les outils de recherche évoluent très rapidement. Si l’on ajoute à cela le fait de se retrouver dans un autre pays que le sien, dans une langue différente, dans une culture différente, on comprend que la tâche est loin d’être aisée.

Le maître-mot est l’ADAPTATION !!! Savoir se repérer, sélectionner, oser se lancer, mais aussi savoir évoluer en restant soi-même, modifier ses représentations, poser des questions, etc.

Quels sont les objectifs de ce MOOC ? Quelle retombée attendent les organisateurs ?

Très peu de gens ont aujourd’hui travaillé sur des MOOC dans le domaine du FLE. L’expérimentation nous permettra, je l’espère, de réfléchir à de nouvelles modalités d’apprentissage en ligne et hors ligne (j’insiste sur cette complémentarité). A travers le notre suivi et les questionnaires d’évaluation en début, milieu et fin de parcours, nous tenterons d’analyser la motivation, l’implication des apprenants dans un dispositif complètement ouvert comme celui-ci.
Bien entendu, pour l’Institut français, c’est aussi une façon de faire connaître notre expertise en matière de dispositifs en ligne, cours et tutorats.

Le programme actuel est sur 6 semaines. S’agit-il d’une expérimentation ?

Oui, et c’est vraiment ainsi que nous demandons à chacun d’appréhender cet événement, avec curiosité certes mais aussi envie de s’impliquer et bienveillance. Si nous nous appuyons sur nos expériences acquises aussi bien dans l’enseignement/apprentissage que dans les parcours en ligne, il y a beaucoup de paramètres inconnus. Nous savons que nous aurons des surprises – bonnes ou mauvaises -, des difficultés certainement, mais espérons que cela sera une base pour avancer !

Combien d’apprenants sont attendus pour cette première ?

Nous avons plus de 800 inscrits et tous les jours de nouvelles inscriptions. Il y a beaucoup de curieux mais c’est en tout cas, d’après les questionnaires d’inscriptions en ligne qu’ils ont remplis, le signe que nous répondons à un besoin réel.

Les questionnaires nous indiquent qu’ils se sont inscrits pour différentes raisons : certains doivent partir vivre dans un pays francophone ou y vivent déjà, pour pratiquer en français sans objectifs précis, pour participer à une semaine concrète qui répond à un besoin immédiat voire urgent, ou encore se construire un « réseau » de pairs avec lesquels échanger. Certains viennent « pour voir ». Pour quelques enseignants enfin, la participation s’inscrit dans le cadre d’un projet de classe plus large et les apprenants vont à la fois travailler dans la classe et sur le MOOC.

Pour l’équipe d’enseignants que vous coordonnez, qu’attendez-vous de participants qui ont ‘le droit de participer silencieusement’ par exemple ?

Oui, vous évoquez la charte ITYPA que nous avons fait nôtre dans ses grands principes en tout cas, la liberté de participer ou pas, d’être passifs ou pas, de suivre tout le parcours ou une seule semaine … Nous entrons là dans la grande inconnue du MOOC !!! J’en profite pour dire que Christine Vaufrey, rédactrice en chef de Thot et co-conceptrice d’ITYPA nous a aussi donné des pistes et, comme elle nous l’a dit, généreusement « passé le relais« . En effet, pour moi, le MOOC ITYPA reste exemplaire : des formateurs, concepteurs qui se lancent avec les moyens du bord, rencontrent des difficultés, essuient des échecs mais au final ont permis à une grande quantité de participants, de comprendre, de faire, de se poser des questions de découvrir et de « passer« (transmettre) aussi à d’autres ce qu’ils ont appris.

Il y aura certainement beaucoup d’observateurs silencieux mais, nous voyons avec plaisir que des professeurs ou des apprenants se proposent par mail pour donner « des coups de main » … Nous sommes très favorables à cela évidemment !

Quel avenir pour les MOOC d’apprentissage du français ?

Pour moi, le mot MOOC n’a pas beaucoup d’importance, ni d’intérêt en soi et je me méfie du mot ‘massif’. Tout dépend de la façon dont on l’interprète ! Certains parlent aussi de C.MOOC (C pour constructiviste) et cela correspond plus à ce que nous voulons faire. Ce qui est intéressant c’est le dispositif et les possibilités immenses que nous offrent les outils en ligne aujourd’hui. Mais la réflexion sur l’apprentissage reste identique : comment proposer des activités qui s’appuient sur les interactions, l’action et non des contenus purement transmissifs alors que l’on ne sait pas a priori à qui l’on s’adresse ni à combien de personnes ? Est-ce que cela ne remet pas en cause notre démarche ? Nous avons déjà certaines réponses car les questionnaires auxquels les participants ont déjà répondu nous permettent de connaître leurs motivations. Mais comment vont-ils suivre les parcours ? Vont-ils participer ou juste venir en tant qu’observateurs passifs ? Vont-ils regretter les corrections, les notes ? Nous ne le savons pas encore. La dynamique de notre projet s’appuie sur la participation, apprendre avec les autres. Bref, MOOC ou pas MOOC, rien de nouveau en fait ! L’enjeu reste le même, apprendre et pratiquer le français. Nous savons de par notre expérience d’enseignants dans des contextes hybrides que « se mettre en action » quand on travaille en ligne n’est pas toujours facile pour les apprenants. Cela demande une implication très forte, nécessite une grande motivation et surtout le sentiment que l’effort en vaudra la peine. Cela implique quelques sacrifices pendant un temps donné, une régularité dans le travail, une prise de risque …Nous en saurons un peu plus dans quelques semaines !

Merci Alix et toute l’équipe de Travailler en français.

Date de lancement du site : le 15 janvier 2014.

Pour en savoir plus :
https://sites.google.com/site/mooctravaillerenfrancais/home
http://voyagesenfrancais.fr/?lang=fr

Posted in Actualité du français, FLE et didactique, Techno-pédagogie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

La pédagogie inversée… Conseils et exemples pour sa mise en place

Posted by Philippe Liria sur 06/01/2014

Quand vous parliez de pédagogie inversée ou de « flipped classroom » il y a encore quelque temps, on vous regardait avec des yeux d’étonnement. Alors que de nombreux pédagogues du Québec en parlait et que la presse québécoise s’en était fait l’écho (ex.:
La pédagogie inversée: qu’est-ce ? dans La Presse), c’est à peine si le sujet avait été traité en France. D’ailleurs, côté FLE, il me semble qu’une revue spécialisée comme Le Français dans le monde n’a pas encore abordé le sujet. Dommage! Ça viendra certainement…

Ceci dit, depuis septembre les choses ont l’air de bouger un peu (pas en FLE mais dans la classe de façon plus général) : l’arrivée de la Khan Academy en France et le développement des MOOC (et les doutes qu’ils soulèvent) dont le FUN ont suscité un certain intérêt qui a permis de donner une certaine diffusion de la pédagogie inversée et des concepts qu’elle développe. La presse généraliste française a publié de nombreux articles sur la pédagogie inversée (ex. : Le blog Internet Actu du journal Le Monde en octobre) et des expérimentations à grande échelle sont en train de se mettre en place. Je pense notamment à celle que mène depuis octobre 2013 le lycée Marguerite Yourcenar d’Erstein dans le Bas-Rhin. Les professeurs de 2nde et de 1re de plusieurs disciplines (Français, Sciences économiques et sociales, Histoire, SVT, Allemand et Anglais) et deux niveaux de classe se sont impliqués dans un projet qui combine la pédagogie inversée et l’approche actionnelle. Cette expérimentation est filmée. Je vous conseille de vous rendre sur le site et de visionner les différentes capsules en ligne (trois épisodes divisés en plusieurs parties pour le moment mais les autres seront disponibles à mesure qu’avancera l’année scolaire) : vous pourrez y voir des exemples concrets de mise en place de la pédagogie dans la classe, voir la préparation des contenus didactisés, écouter les réactions des enseignants et des lycéens et vous pourrez vous-mêmes réagir ou poser des questions en intervenant sur le forum de cette websérie pédagogique.
Cet intérêt, je le constate moi-même sur ce blog en voyant comment depuis quelques mois vous êtes de plus en plus nombreuses/-eux à chercher des informations sur cette pédagogie.

Si l’envie vous prend de mettre en place une expérimentation de pédagogie inversée, vous pouvez aussi être intéressés par « dossier classe inversee« , un petit dossier, petit mais très complet, paru au printemps 2013 pour que vous puissiez justement vous lancer. Élaboré par Audrey Miller pour le compte d’Infobourg et de Carrefour éducation, il a pour objectif de proposer « de faire le tour de la question et de prendre connaissance de l’expérience de certains enseignants. Ainsi, chacun
sera en mesure de voir si l’option peut lui convenir.
 » Après un rappel des caractéristiques de la pédagogie inversée, le dossier passe en revue les outils qui en permettent la mise en place puis s’attarde sur le comment faire pour vraiment passer de la théorie à la pratique, sans oublier quelques trucs fort utiles. Finalement, vous y trouverez un guide de ressources pour en savoir plus sur la pédagogie inversée et pour trouver des exemples concrets de mise en pratique. Vous verrez que la plupart sont des exemples en lien avec des disciplines non linguistiques, et plutôt scientifiques. Comme je l’ai déjà signalé dans des billets précédents sur la pédagogie inversée, il semblerait que pour le moment il n’y ait pas vraiment d’expérimentation menée dans le domaine des langues, notamment du FLE. J’attends rapidement d’être corrigé et pouvoir écrire un billet sur les exemples qui pourraient exister…
Finalement, et merci à Elena Pérez pour la suggestion, je voudrais signaler comment la baladodifusion vidéo peut être mise au service de la pédagogie inversée comme le montre ce diaporama proposé par Samuel Bernard, encore un professeur de mathématiques ! Mais cela peut donner des idées…

Posted in Actualité du français, FLE et didactique, Techno-pédagogie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Éteignez vos portables !

Posted by Philippe Liria sur 04/01/2014

Les réseaux sociaux en classeÉteignez vos portables ! Combien de fois a-t-on entendu ces phrases au moment d’entrer dans une salle de classe ? « À chaque cours », me répond-on. J’avoue qu’au début, quand les téléphones portables le sont vraiment devenus et qu’ils ont commencé à être dans toutes les poches et tous les sacs à main, je faisais partie de ceux qui demandaient à leurs élèves de bien vouloir les éteindre. Mais depuis, les choses ont bien changé car ces téléphones, aujourd’hui smartphones, sont devenus de véritables ordinateurs de poche qu’on aurait tort de mettre à l’index. Ils peuvent et je dirai même qu’ils doivent devenir des compagnons de classe, aussi bien pour les apprenants que pour les enseignants. Il m’est arrivé d’entendre, lors d’ateliers, des participants craindre que les élèves ne passent leur temps à consulter leur écran plutôt que le tableau… Certes, et c’est pour cela qu’il est nécessaire pour les enseignants d’apprendre à apprendre à se servir des smartphones en classe, de partir à la découverte des outils qui existent et qui peuvent être de véritables alliés en classe… à condition de savoir s’en servir. Or, ce n’est pas toujours simple et on ne met pas forcément des formations en place pour y arriver. Alors pour celles et ceux qui ont vraiment envie d’intégrer le smartphone en classe – mieux vaut que les élèves l’aient sur leur table que sur leurs genoux -, je vous propose de vous rendre sur le site EducaVox, un site consacré à l’éducation et qui a regroupé sur deux pages différentes initiatives de classe autour des réseaux sociaux… car quand nos élèves ont les yeux rivés sur l’écran, c’est bien parce qu’ils sont en train d’échanger sur Facebook, Twitter, etc. Ce dossier en ligne, intitulé De l’usage de twitter et de facebook en classe ne dresse pas la liste des outils, type dictionnaires en ligne, disponibles sur Internet mais montre, à partir d’exemples concrets, ce qu’on peut faire en classe à partir de ces réseaux sociaux pour qu’ils deviennent des modes de production et d’échanges en classe. Vous y trouverez aussi des débats, des analyses et des ressources.
Les sites proposés par EducaVox ne sont évidemment pas destinés en soi à un usage pour smartphone mais s’appuient plutôt sur ce que les réseaux sociaux proposent. Cependant, si j’insiste plus sur le smartphone que sur d’autres supports, c’est tout simplement parce que ordinateurs et tablettes ne sont pas forcément aussi disponibles dans la classe que ce support que presque tous les élèves ont et qu’il leur suffit de se connecter au réseau wifi de l’établissement pour s’en servir si leur abonnement ne leur permet pas d’accéder au réseau autrement.
Côté pédagogique, c’est rendre possible la mise en place d’une véritable interaction qui, dans le cas de la classe de langue, peut déboucher sur des pratiques orales et écrites particulièrement passionnantes.

Posted in Actualité du français, FLE et didactique, Techno-pédagogie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Bonne année !

Posted by Philippe Liria sur 01/01/2014

A toutes et tous qui suivez ce blog, je vous souhaite une bonne année 2014, pleine de réussite sur tous les plans (personnels, professionnels, éducatifs…). Merci d’avoir lu et très souvent partagé mes billets ou d’y avoir laissé vos commentaires.

À très bientôt pour de nouveaux billets.

Posted in Actualité du français | Tagué: | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :