Le blog de Philippe Liria

Auteur, formateur, consultant et éditeur de français langue étrangère (FLE)

A12C4… Rapport sur le langage texto

Posted by Philippe Liria sur 16/03/2014

smartphone-300x185Cette semaine je suis tombé sur un rapport que j’avais envie de partager avec mes lecteurs. Ce rapport (août 2013), élaboré par Josie Bernicot, de l’université de Poitiers-CNRS nous donne les résultats d’une enquête sur les liens entre l’orthographe et les SMS chez les collégiens. Ce document m’a particulièrement intéressé car j’entends souvent dans les ateliers des remarques sur le fait que la qualité de l’orthographe se dégrade et que ceci serait notamment dû à de mauvaises pratiques orthographiques que crée l’écriture rapide qui accompagne nos échanges sur tous les réseaux sociaux (pas seulement les textos). Et ces remarques sont souvent accompagnées d’un reproche : pourquoi nous, éditeurs, introduisons-nous ces formes « incorrectes » dans nos manuels ? Nous inciterions ainsi à ce que les élèves écrivent mal en français.
Je me souviens du débat que nous avions eu quand nous avions décidé de proposer des activités autour de ce langage SMS dans Pourquoi Pas ! 1. Nous avions alors choisi de ne pas modifier notre démarche initiale et donc de maintenir les exercices qui invitaient les élèves à écrire en ayant recours aux SMS puis d’autres qui devaient réécrire le texte dans une orthographe normative. Il s’agit en fait d’excellents exercices pour s’entraîner à orthographier les mots, à sensibiliser les élèves justement à cette orthographe et à leur faire prendre conscience des différences entre langue orale et langue écrite.
Malgré l’omniprésence de ce langage, les mêmes critiques nous arrivent encore aujourd’hui. Pourtant, et plus encore en classe de FLE qu’ailleurs, nous ne pouvons pas ne pas enseigner ce langage. Présent dans la société, véritable expression de la communication actuelle, ne pas l’enseigner à nos élèves reviendrait à leur cacher toute une partie des échanges qui se réalisent entre locuteurs-scripteurs de notre langue. Certains préconisent qu’il faudrait d’abord avoir une bonne maîtrise de l’orthographe française avant d’apprendre ce code. Que doivent-ils donc attendre ? Atteindre le niveau C2 ? Et puis, la maitrise de notre orthographe…
À mon avis, c’est justement notre rôle d’assurer que le français que nous enseignons est bel et bien authentique. N’oublions que nous devons rendre nos élèves compétents. Or, être compétent en français de nos jours, c’est aussi – pas seulement bien entendu – donner accès à ce type de code qui facilite la communication immédiate dans le quotidien. Nous devons nous assurer de sa présence dans notre enseignement de façon à ce que les élèves s’en approprient et puissent rapidement déchiffrer des messages écrits en mode texto. Il ne s’agit pas d’aimer ou pas aimer ce langage mais de rapprocher nos élèves d’une réalité, de les aider à avoir accès au code et à ses règles. Autant le faire puisqu’une fois en contexte, ils y seront confrontés parce que leurs interlocuteurs en feront usage. Et c’est normal, l’orthographe normative ne se prête absolument pas à ces nouveaux supports (SMS, chat du Facebook ou échange sur Whatsapp par exemple). Ces échanges écrits ont une valeur de « chat », donc d’une conversation orale informelle, composée d’interventions courtes de chacun des participants, ce qui exige une interaction rapide qui ne laisse pas le temps de chercher les accents sur le clavier et incite à employer tout type de formule abrégée mais compréhensible par l’autre. Le message passe et c’est ce qui compte.
Convaincu de cet objectif communicatif, pouvait subsister le doute de la correction orthographique. Écrire en langage SMS est-ce mauvais pour la santé de notre bonne vieille orthographe ? Et c’est là que la lecture de ce vient contredire les croyances – Ah ces croyances que nous avons sur l’apprentissage ! – sur le fait qu’écrire en SMS était nocif. Celui-ci nous montre en fait qu’il n’y a pas d’incidence directe ou de lien entre une mauvaise maitrise de l’orthographe et l’emploi du SMS. En fait, les collégiens savent faire la différence d’emploi selon le contexte et que ce n’est pas parce qu’ils écrivent des SMS qu’ils négligeront l’orthographe dans des formats qui demandent une maitrise de celle-ci.smartphone_2
Au-delà de la classe de collège ou de lycée, ce langage doit être aussi présent dans nos cours pour adultes. En effet, nous avons trop souvent tendance à associer SMS à « jeunesse » alors qu’il ne s’agit absolument pas d’un code réservé à une certaine tranche d’âge – qui serait celle des 12-25 ans -. Communiquer, interagir à travers les réseaux sociaux est un acte que nous pratiquons tous, indépendamment de notre âge, et il est clair que nous avons tous recours à des formes abrégées et à une ponctuation faite d’émoticônes. Et même quand nous employons les signes traditionnels, nous en donnons une valeur différente (les points de suspension par exemple). Je vous renvoie à l’écoute d’une émission sur France Inter (Le grand bain, 25/01/2014) qui justement s’interrogeait sur la réinvention du français à travers les SMS puisque nous serions tous devenus graphomanes.
Et puis n’est-ce pas justement une façon ludique d’aborder l’orthographe, un point si important de notre langue ?

Quelques sites pour aller plus loin…
Le site de Josie Bernicot (auteure du rapport)
French texting – Les textos en français
Le blog de Gaelleana (avec des exercices pour écrire / traduire le langage texto)
Le dictionnaire SMS

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :