Le blog de Philippe Liria

Auteur, formateur, consultant et éditeur de français langue étrangère (FLE)

Archive for septembre 2014

La cigogne de fer qui déposa mon frère : album !

Posted by Philippe Liria sur 25/09/2014

couverture du livre. Allez faire un petit tour sur le site de Guénola Moreau et découvrez sur son site l’histoire de La cigogne de fer qui déposa mon frère.
A retrouver aussi sur le site de Zoom Edtions.

LA TISSEUSE PAR CHEMINS

couverture du livre. couverture du livre.

La migration des cigognes blanches a commencé en Europe et même si la nôtre est en fer et a suivi un itinéraire tout-à-fait autre,  ZoOm éditions est ponctuel au rendez-vous et nous a réservé, à Lola et à moi, plus d´une jolie surprise pour annoncer sa « mise au monde » et sa parution prochaine dans les librairies de France, Belgique, Luxembourg et Suisse.

À commencer par cette jolie vidéo : 

J´en ferai une genèse plus détaillée dans le prochain article. Aujourd´hui je désirais seulement partager avec vous un avant-goût de cette jolie arrivée de l´automne et de cette grande joie pour nous, Lola Roig qui a magnifiquement illustré l´album et ZoOm éditions qui l´a si joliment mis en page, édité et qui, surtout…l´a chaleureusement adopté depuis le mois de janvier (le même mois qui avait vu arriver le petit Young en 82…) !

View original post

Posted in Actualité du français | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Un MOOC pour enseigner et former avec le numérique en langues

Posted by Philippe Liria sur 22/09/2014

Il semblerait que les enseignants de langues soyons parmi les plus réticents à intégrer le numérique dans nos classes. C’est du moins ce qui ressortait d’un récent rapport sur la place des différents outils numériques dans la classe, en France (je ne retrouve plus le lien mais dès que je mets la main dessus…). Les motifs évoqués sont multiples pour expliquer le phénomène mais on peut espérer qu’avec le temps, un peu plus de moyens et surtout de la formation, ce décalage s’estompera. Et c’est justement de formation dont il est question dans ce post (j’en avais rapidement informé la semaine dernière). L’Université Stendhal Grenoble 3 propose, sous la direction de François Mangenot, un MOOC sur l’intégration du numérique à une classe de langue. Dans ce MOOC, ouvert « aux enseignants de langues, aux enseignants de FLE (…), aux étudiants de Master ou Doctorat en didactique, aux étudiants des Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) », ainsi qu’aux responsables pédagogiques de centres de langues, aux ingénieurs pédagogiques et aux les formateurs d’enseignants, il s’agira de passer en revue les outils et les méthodes qui ont fait leur preuve dans le domaine de l’enseignement/apprentissage des langues.
Les organisateurs ont mis en ligne le plan du cours qui se concentrera sur…

– les formations hybrides qui permettent aux apprenants de suivre une partie du cours à distance grâce au numérique. On en voit de plus en plus se mettre en place ;
– l’intercompréhension, afin de ne pas apprendre une mais plusieurs langues en parallèle en aidant les apprenants à développer des stratégies de compréhension ;
– la télécollaboration pour favoriser l’interaction en ligne entre apprenants de langues et cultures différentes ;
– le web social, qui permet une utilisation de la langue en « contexte authentique ». Un MOOC dont les mots-clés sont la communication, l’accompagnement, les tâches et les scénarios pédagogiques.
L’inscription est entièrement gratuite et déjà ouverte à partir du site de FUN.
Vous y trouverez tous les renseignements nécessaires, une brève biographie de l’équipe enseignante et des lectures recommandées pour vous préparer à ce cours qui commence le 27 octobre prochain et durera un mois.
Pour en savoir plus, visionnez la capsule de présentation.
Une fois de plus, il ne s’agit pas de dire que tout doit passer par le numérique. Ce n’est pas la numérisation de la classe qui va tout changer. Mais l’ignorer ou la mépriser est certainement une erreur. Par contre, il faut apprendre à en connaitre les outils pour savoir lesquels s’adaptent le mieux à nos cours, quels avantages ils présentent par rapport à des approches plus classiques et aussi être conscients des limites qu’ils ont.

Posted in Actualité du français, Le monde des langues, Techno-pédagogie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comment éduquer au XXIe siècle ?

Posted by Philippe Liria sur 19/09/2014

Si vous ne l’avez pas encore eu entre les mains, je vous recommande le dernier numéro de Sciences humaines qui consacre un dossier sur l’éducation du XXIe siècle : Éduquer au 21eme siècle. Et pour compléter votre lecture, toujours sur le même sujet, lisez aussi la chronique Meirieu de Philippe Meirieu dans Le café pédagogique qui commente les innovations suggérées par Sylvain Marcelli dans son article « Huit idées pour réinventer l’école ». Philippe Meirieu propose notamment une réflexion sur la pédagogie inversée.

Posted in FLE et didactique, Techno-pédagogie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Vocabulaire de l’informatique et de l’internet : la Commission a encore frappé

Posted by Philippe Liria sur 18/09/2014

Régulièrement la Commission spécialisée de terminologie et de néologie de l’informatique et des composants électroniques, bref la CSTIC publie ses avis sur la façon dont nous devrions parler informatique et Internet, mais aussi biologie, sport, etc. pour ne citer que les derniers. mot-dièse. Quel mot vous dites ? J’ai dit « mot-dièse », un hashtag pour bien se comprendre. Car qui s’en souvient ? Tout le monde continue à pousser ces cui-cuis ou autres roucoulements sur Twitter mais le pauvre mot-dièse, lui, n’est pas près d’être trending topic ! Le 16 septembre dernier, c’est une nouvelle liste de recommandations qui a été publiée dans le très sérieux et très officiel Journal Officiel. On y apprend qu’un thumbnail doit se dire « imagette » ou que vous, lecteur/lectrice, vous n’êtes peut-être qu’un « fureteur » ou qu’une « fureteuse » car vous quitterez ce blog, pardon ce blogue sans laisser de commentaire à ce post (ce billet ?). Aux oubliettes les luckers ! Enfin, aux oubliettes… On verra.

Évidemment ce ne sont que des recommandations comme le précise le site France-terme. Dans ce cas, il s’agit donc de savoir les consommer avec modération. En abuser ne facilitera certainement pas la communication. Par contre, une fois encore, il s’agit de savoir, dans le cadre du FLE, d’adapter le contenu aux besoins des apprenants. A qui nous adressons-nous ? A des professionnels qui vont devoir utiliser une terminologie précise pour créer des documents à valeur juridique ? À des informaticiens qui devront dialoguer avec leur partenaire français ? A un public généraliste qui va éventuellement parler informatique et Internet à l’occasion d’un dîner ou autour d’un verre ? On comprend bien qu’il s’agit d’adapter nos contenus aux objectifs de nos apprenants.
Et ce qui est valable pour l’informatique et l’Internet, l’est aussi dans d’autres domaines dans lesquels la CSTIC met son nez. Dans votre classe d’ados, parler d’aller s’acheter des « chaussures à roulettes » ne sera peut-être pas très utile si vous voulez qu’ils trouvent le rayon des roller shoes dans la boutique de sport.
Cependant, et pour ne pas laisser l’impression que la CSTIC est loin de la réalité, il faut savoir qu’elle contribue aussi à désigner en français des concepts qui existent mais n’ont pas forcément un nom alors que d’autres langues l’ont. Ainsi, les crimes de femmes en raison de leur sexe n’avait pas vraiment de nom dans notre langue alors que l’anglais et l’espagnol parlent respectivement de gendercide et de crimen de género. Maintenant, nous pourrons parler de « féminicide ». Car mettre un nom sur la chose, c’est la rendre visible ; en admettre l’existence et donc se dire, dans ce cas, que la société est vraiment décider à lutter contre un tel fléau.
Le site comprend aussi depuis 2007 des dossiers thématiques particulièrement intéressants dans la section Vous pouvez le dire en français. Le dernier en date (mai 2014), Étoiles et toiles nous suggère quelques termes intéressants pour parler de cinéma en français. Ainsi « ce biopic a été possible grâce au crowdfunding » devient « ce biofilm a été possible grâce à la production participative ».

Au-delà de tous ces mots, ce qui est sûr, c’est qu’une langue vivante ne peut prétendre l’être en ne créant des néologismes qu’à partir de la propre langue. Le propre de la richesse linguistique est de savoir justement intégrer des mots venus d’ailleurs parce qu’ils contiennent des images, des concepts que la langue d’accueil n’a pas. C’est ce qui l’enrichit véritablement. L’usage des locuteurs et le temps se chargeront de prendre ou de laisser en chemin ces mots provenant d’autres langues. Je ne crois pas que ce soit des « gardiens de l’orthodoxie » qui pourront empêcher ce « jargonnage » aussi vieux que la civilisation. Les hommes sont des migrants, les langues aussi et c’est ce qui en fait toute la richesse.

Posted in Actualité du français, Le monde des langues | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Enseigner et Former avec le numérique en langues [MOOC]

Posted by Philippe Liria sur 17/09/2014

Blog d'Anna

« L?objet de ce cours est l?utilisation innovante du numrique dans l?enseignement / apprentissage des langues, vue travers quatre approches : les formations hybrides en langues, la tlcollaboration, les outils de l?intercomprhension, l?exploitation du web social […]

Aucun pr-requis particulier, si ce n?est un intrt pour la question de l?enseignement, particulirement des langues, avec le numrique. »

Source: www.france-universite-numerique-mooc.fr

Dbut du cours le 27 octobre.

See on Scoop.itMooc et apprentissage des langues

View original post

Posted in Techno-pédagogie | Leave a Comment »

Les 5 outils virtuels indispensables au prof de FLE

Posted by Philippe Liria sur 17/09/2014

fandefle

Que l’enseignement soit présentiel ou à distance, il est aujourd’hui évident qu’un professeur peut difficilement ignorer les nombreuses ressources didactiques disponibles sur Internet. L’offre est cependant si abondante et variée qu’il est très naturel qu’il se sente au début un peu perdu dans cette jungle virtuelle. C’est pourquoi j’ai décidé de vous présenter les 5 outils indispensables qui, selon moi, peuvent réellement aider le prof dans son travail quotidien. Ils sont tous disponibles gratuitement en ligne.

Photo de Sarina BradyPhoto de Sarina Brady

  1. Stocker et partager des fichiers : Google Drive

Accès: Vous devez créer un compte Google, vous y connecter et accéder ensuite à Google Drive. Vous pourrez plus tard installer Google Drive sur votre ordinateur.

Utilisation: Google Drive vous permet de stocker dans le nuage 15 G de données mais surtout de partager avec vos élèves tout type de document qu’ils peuvent consulter et modifier quand ils…

View original post 597 mots de plus

Posted in Techno-pédagogie | Leave a Comment »

De quoi les fournitures scolaires sont-elles le nom ? – Educavox

Posted by Philippe Liria sur 05/09/2014

Un article particulièrement intéressant sur la place du numérique en classe et la nécessité de l’intégrer au plus vite dans la formation de l’élève, justement pour freiner la brèche socionumérique qui s’élargit. Une meilleure intégration mettrait plus facilement à la portée de tous un outil extraordinairement puissant pour développer l’apprentissage. Ce n’est pas la réticence de certains qui en freinera l’influence. Mieux vaut donc fournir les outils qui permettront aux apprenants de l’apprivoiser que de faire comme si le numérique n’existait pas ou représentait une certaine culture honnie, plus par méconnaissance d’ailleurs qu’autre chose. À lire : De quoi les fournitures scolaires sont-elles le nom ? – Educavox.
Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité du français, Techno-pédagogie | Tagué: , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :