Le blog de Philippe Liria

Auteur, formateur, consultant et éditeur de français langue étrangère (FLE)

Archive for the ‘Ateliers et formations’ Category

Le français depuis les Amériques

Posted by Philippe Liria sur 29/05/2019

Vu d’Europe, on a peut-être trop souvent tendance à réduire la présence du français en Amérique à un simple point, tout au plus un cercle sur le carte, celui du Québec.

Danilo Braz de l’IFAC à l’occasion du 1er Colloque des Professeurs de Français du Salvador (Mai 2019, photo : P. Liria)

Et pourtant ! La langue française est bien plus présente dans les Amériques que ce qu’on penserait. Dans le reste du Canada tout d’abord où la demande d’enseignement du français n’a cesse de croitre au point qu’il y a une véritable pénurie de professeurs pour couvrir l’ensemble des places. Sans parler des communautés francophones de différentes provinces qui se battent pour défendre leurs droits linguistiques comme on est train de le voir en ce moment en Ontario où le gouvernement de Doug Ford est en train de compresser les services en français ou a mis fin au projet de financement de l’université de l’Ontario français. Pas toujours facile bien évidemment dans un contexte où il semblerait que le français soit en déclin dans certains coins du pays comme le rapportait en mars dernier Radio-Canada au sujet des provinces maritimes. Et pas exempt non plus de polémique comme on peut le voir à la lecture de cet article du quotidien Le devoir de novembre dernier. Pour ceux qui veulent en savoir plus sur la situation du français côté et côté législation, vous pouvez vous rendre sur le site de cliquezjustice.ca

Aux USA, plusieurs Etats – sur les côtes mais aussi dans des Etats comme l’Utha – connaissent une certaine effervescence de l’enseignement bilingue qui fait justement une belle part au français comme j’avais eu l’occasion de l’évoquer dans ce blog en juillet dernier. Les Amériques Centrale et du Sud ou la Caraïbe (je ne parle pas ici  des îles françaises où, bien entendu le français est obligatoire) ne sont pas en reste non plus, même si nous sommes encore bien loin des chiffres d’apprenants de français d’autrefois et qui allaient de paire avec une véritable francophilie. Espérons que les initiatives menées ces dernières années et visant à la réintroduction du français finissent par porter leurs fruits. L’enthousiasme y est, comme on l’a encore vu à la mi-mai lors du 1er Colloque des professeurs de français du Salvador qui a réuni pas loin d’une centaine d’enseignants et futurs enseignants. Il faudra bien sûr que la volonté politique : locale, qui doit comprendre que l’anglais seul n’est pas la bonne réponse ; et française aussi, qui devra faire que les moyens accompagnent. C’est en tout cas un beau projet mené Danilo Braz, l’actuel directeur de l’IFAC qui quitte ses fonctions d’ici quelques mois mais on ne peut qu’espérer que la lettre de mission de son successeur contiendra tous les éléments pour qu’il se poursuive.   

Cette présence du français du Nord au Sud de l’Amérique est souvent méconnue. Les propres acteurs de ces mondes francophones souvent ne se connaissent pas. C’est bien dommage ! C’est dans ce cadre que les actions menées par le Centre de la Francophonie des Amériques (CFA) sont la preuve à la fois de ce dynamisme mais aussi de cette nécessité de coordination à l’échelle continentale. Cet organisme public né en 2006 et que soutient le Secrétariat du Québec aux relations canadiennes, je l’ai découvert il y a quelques années au Costa Rica – pour rappel, le seul pays d’Amérique latine a être doté d’un programme d’enseignement obligatoire du français au collège – lors d’un congrès d’ACOPROF où Denis Desgagné, alors président-directeur du CFA, présentait les actions du Centre. A l’époque déjà, j’avais été interpellé par l’énergie et la motivation que transmettait le CFA dont le but est de promouvoir une francophonie plurielle et le “renforcement et l’enrichissement des relations ainsi que (pour) la complémentarité d’action entre les francophones et francophiles du Québec, du Canada et des Amériques”. Toutes les Amériques et c’est ce qui est merveilleux !

Slame tes accents !

Au programme, parmi ces actions, il y a Slame tes accents. La 2e édition de ce concours s’est tenue en avril dernier et a été très suivie avec plus 66000 participants à voter pour les meilleurs slams. Après le succès de la 1re édition, les organisateurs ont pu vérifier le dynamisme du français dans toutes ses variantes et sous toutes les latitudes américaines puisqu’il y a eu des participants d’Amérique du Nord, d’Amérique du Sud comme le Brésil ou d’Amérique centrale avec la présence du Costa Rica pour la 2e année. Ce concours s’adresse aux adolescents divisés en deux catégories, les 11-14 ans et les 15-17 ans et il se fixe les objectifs socioculturels et pédagogiques.

Au-delà des prix, non négligeables, ce concours incite à la créativité en français et on a pu constater la motivation des ados à écrire et interpréter leurs textes présentés sous forme de petits clips d’entre 60 et 90 secondes. Ces sont quelque 90 vidéos que le jury international a visionné afin de désigner les heureux vainqueurs dont les slams sont disponibles en ligne. L’évènement est relayé au Canada par les médias comme ce reportage de Radio-Canada Vancouver qui a interviewé les enseignantes de deux établissements gagnants.

L’ensemble des clips est en ligne. Personnellement, j’ai eu un petit coup de coeur pour cette proposition venue d’un lycée ontarien.

Il suffit d’observer l’agenda du CFA pour s’apercevoir de son dynamisme comme le rendez-vous d’août pour le développement du Réseau des villes francophones et francophiles des Amériques ou le programme Mobilisation jeunesse qui propose une formation intensive en français autour de deux axes : Tourisme et Communication et médias.

Le CFA propose aussi le programme Mobilité dans les Amériques qui consiste “à favoriser un transfert des savoirs et outiller davantage les communautés et les organisations francophones des Amériques tout en contribuant à la diffusion de savoirs en français dans les secteurs d’intervention du Centre tels que la culture, l’éducation, l’identité, l’engagement des jeunes et le tourisme culturel”. Ce programme permet aussi d’ ”appuyer le développement et le rayonnement d’espaces francophones dans les Amériques et de favoriser la création de liens durables dans un contexte de collaboration entre le milieu universitaire, les communautés locales et les organismes de la société civile.

Une place pour la lecture 

Une belle initiative du CFA, ce sont Les Rendez-vous littéraires qui favorisent, grâce au numérique, les échanges en français entre auteurs francophones et apprenants de français des Amériques. L’événement en est à sa 5e édition et a permis à des enseignants du Canada, des Etats-unis, du Mexique et du Pérou de faire lire une oeuvre à leurs élèves avant de pouvoir en interroger l’auteur. Ce programme est directement relié à l’un des plus beaux outils du CFA, c’est sa bibliothèque de la Francophonie dont Dany Laferrière est le parrain. Virtuelle, elle met à disposition des lecteurs quelque 8705 titres en version numérique.

 

Le Centre de la Francophonie des Amériques, comme vous le voyez, proposent plusieurs programmes et de nombreux outils qui contribuent à renforcer les liens entre les Francophones des différents territoires américains. Il contribue aussi, comme d’autres initiatives non européennes, à donner une autre dimension à la Francophonie. C’est important et nécessaire à la fois car cela renforce l’idée de pluralité culturelles et linguistiques, indissociable d’une Francophonie ouverte sur le monde. Et aujourd’hui, plus indispensable que jamais dans un monde qui donne trop de signes de replis à commencer par ceux qui se manifestent en Europe.

 

Pour en savoir plus :

Slame tes accents

Les RDV 2019 du CFA

Mobilité dans les Amériques

Bibliothèque des Amériques

 

Posted in Actualité du français, Ateliers et formations | Tagué: , , , , | 1 Comment »

Le FLE se donne rendez-vous sur les planches

Posted by Philippe Liria sur 01/09/2017

Le rideau tombe. De juillet et d’août il ne reste que les décors de l’animation estivale des stages d’été qui se tiennent un peu partout en France. Les acteurs, profs-stagiaires et profs-formateurs sont repartis. Pour la plupart d’entre eux, c’est la rentrée scolaire avec toutes les « surprises » qu’elle réserve. Mais on est prêts à l’attaquer après le plein d’énergie que nous apporte le repos des vacances mais aussi ces formations données ou suivies ici ou là. L’été est en effet un excellent moment pour se ressourcer. On retrouve de vieilles amitiés et on en tisse de nouvelles. Et c’est certainement l’une des plus belles choses que nous offre ce monde du FLE, cette rencontre avec l’autre, venu(e) des quatre coins du monde pour se former ou partager son expérience de formateur/-trice avec le reste de la planète FLE. Elles et ils arrivent du cercle arctique, de Maurice, de Séoul, de Jordanie ou tout simplement de Pologne ou de Suisse. Peu importe ! Ils ont en commun la volonté de chercher à partager des instants de leur réalité en français, malgré toutes les difficultés que rencontre le prof de FLE dans son quotidien. Mais laissons l’envers du décor pour un autre moment. Je ne veux pas parler de choses qui fâchent aujourd’hui, préférant partager avec mes lecteurs deux projets FLE qui lient l’apprentissage de la langue au plaisir du théâtre. Ancien théâtreux moi-même, convaincu des bienfaits de cet art, comment en pouvait-il être autrement ? Nice, là où se tiennent les Universités du monde qu’organise Francophonia, a donc été le théâtre cet été d’une nouvelle rencontre et de vieilles retrouvailles.

10_10_theatre

Jan Nowak et les stagiaires de la semaine 4 (Crédit photo: Lucas Bolea – Universités du Monde)

La nouvelle rencontre arrive de Pologne même si c’est d’abord une Biélorusse qui me l’a si bien présenté, merci Katia Shahoika ! Il s’agit du programme 10 SUR 10 que dirigent Iris Munos et Jan Nowak, fondateurs de Drameducation dont les missions phares de sont la promotion de l’apprentissage de la langue française par le théâtre et du théâtre contemporain francophone en Pologne et plus largement dans le monde. Cette année, Dramaeducation a tourné dans une quinzaine de villes en Europe.

10 SUR 10 ? De quoi s’agit-il ? Je me permets de reprendre la présentation de leur site : « Depuis 3 ans, 10 SUR 10 propose aux amoureux du théâtre contemporain francophone, aux jeunes et professeurs du monde entier de nouvelles et nombreuses pièces de théâtre de qualité. Ecrites chaque année en résidence d’écriture par des auteurs dramatiques francophones reconnus, les pièces 10 SUR 10 sont uniques, originales et actuelles. Elles se distinguent toutes par leur forme et leur originalité: elles sont courtes, rythmées et universelles. 10 SUR 10 est aussi un programme qui aide les professeurs de français dans le monde à réaliser des projets francophones autour du théâtre. Il lie avec cohérence plusieurs actions autour de l’apprentissage du français par le théâtre. Avec la diffusion des pièces dans le monde, des formations de théâtre et de FLE, des festivals, des accompagnements professionnels et personnalisés, vous aurez en main des outils et techniques de qualité d’enseignement-apprentissage du français par le théâtre. 10 SUR 10 – pièces francophones à jouer et à lire promeut à travers son programme les valeurs de la francophonie telles que le respect de la diversité culturelle, l’ouverture au monde et la paix. » Un beau programme qui ne se limite pas à la Pologne, où est né 10 SUR 10, ni même à l’Europe mais prétend atteindre l’ensemble de la planète ! La nouvelle rubrique du Français dans le monde, Étonnants francophones (en partenariat avec Destination Francophonie de TV5Monde) reprend justement dans son numéro 413 (septembre-octobre 2017) le témoignage de Jan Nowak sur cette belle initiative qui combine enseignement et théâtre.

Quant aux vieilles retrouvailles, ce sont celles avec mon ami Adrien Payet qui avait trouvé le temps de passer deux semaines à Nice alors qu’il est en pleine répétition : son école de français, Habla francés, à Ronda (Andalousie) était alors dans les derniers essais avant le levé de rideaux, prévu fin septembre.

Depuis longtemps, Adrien Payet est devenu pour beaucoup d’enseignants une véritable référence de l’art théâtral au service de l’apprentissage du français. Ses conseils et ses fiches pédagogiques que l’on retrouve dans son ouvrage consacré au sujet justement, Activités théâtrales en classe de langues sont toujours très appréciés.

cache_19993925

Photo extraite du spectacle Il était une fois le français (source: https://www.fle-adrienpayet.com/spectacles/)

Ses ateliers d’animation théâtrale font le plein et je connais même des stagiaires qui ne se déplacent que pour participer à l’une de ces classes ! Sa troupe Sur le bout de la langue propose des spectacles multidisciplinaires spécialisés en FLE.

On le sait, le théâtre est une excellente façon de perdre la peur à s’exprimer dans une langue étrangère, quel que soit le niveau et le public. Il permet de développer l’oralité ou le travail du corps pour s’exprimer avec plus d’aisance. Préparer une pièce de théâtre ou même que des extraits en classe de FLE est une bonne façon de favoriser l’interaction et la collaboration des apprenants tout en les incitant à avoir un esprit critique sur les prestations pendant les répétitions… Et tant d’autres choses encore que nous apporte le théâtre en classe. Il peut devenir un véritable projet pour la classe sur un trimestre ou sur toute l’année où toutes les compétences vont pouvoir s’y retrouver. Alors ? Rendez-vous sur les planches ?

(Mis à jour : 06/09/2017)

Posted in Actualité du français, Ateliers et formations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le weekend prochain, le FLE se donne RDV à Barcelone

Posted by Philippe Liria sur 21/05/2017

Après les Canaries et l’Andalousie, c’est au tour de la Catalogne de recevoir une Journée CLE Formation (JCF). Coorganisée par l’Association des Professeurs de Français de Catalogne, cette journée proposée par les éditions CLE International et qui se tient à l’Institut français de Barcelone le samedi 27 mai, porte sur les nouveaux défis du français en Catalogne. Un thème qui veut mettre en avant les défis à relever pour le français dans ce coin d’Europe où à peine 6% des élèves apprennent la langue du voisin outre-Pyrénées et premier partenaire économique étranger ! 6% !! Dérisoire !! Et triste reflet d’une politique erratique qui pendant trop longtemps a confondu importance de l’anglais avec un certain mépris du français -une confusion encore bien ancrée dans les esprits, même chez les plus éclairés comme le montre un article de Carles Casajuana dans La Vanguardia du 20 mai dernier). Mais un thème qui n’est pas anodin non plus puisqu’il semblerait en effet que les vents tournent du côté de la Generalitat (Siège du gouvernement autonome catalan) depuis quelques années et que le français retrouve, lentement mais espérons-le sûrement, la place qu’il n’aurait jamais dû perdre en Catalogne. Les autorités françaises et le gouvernement catalan ne sont plus dos à dos et c’est une bonne nouvelle. C’est ce qui a permis en janvier 2014 la signature d’un accord entre l’Institut français et le Departament d’Ensenyament (ministère de l’Education catalan) pour la mise en place du DELF scolaire dont nous parlera Adrien Payet dans son atelier Astuces et stratégies pour préparer les apprenants au DELF. Ce rapprochement permet d’assister aussi un développement du Batxibac. En effet, même si son existence n’est pas nouvelle (accord franco-espagnol de 2008), c’est seulement depuis quelques années qu’il connait un certain essor en Catalogne avec dorénavant 54 établissements qui y préparent (un chiffre fort respectable quand on sait qu’en Espagne il y a en 93 au total selon le site du ministère espagnol), répartis sur l’ensemble du territoire. Certes, trop peu de lycéens encore suivent ce double cursus en Catalogne (750 en 2016, selon l’APFC) mais l’intérêt croissant des établissements laissent présager que les responsables sauront organiser des campagnes pour motiver les jeunes Catalans à s’y inscrire.

(source : http://w3.recursostic.edu.es/bachillerato/bachibac/web/es/ Dernière consultation :21/05/17)

On sait aussi que beaucoup de questions demeurent chez les enseignants et c’est en partie à celles-ci que répondra Guilhem Naro, co-président de l’APFC, lors de la conférence plénière de cette JCF de Barcelone puis dans son atelier qui portera sur la prise de notes, la synthèse et le commentaire de texte.
Qu’il s’agisse du DELF scolaire ou du Batxibac ou tout simplement d’un apprentissage du français dans un cadre plus général comme c’est le cas dans les Ecoles Officielles de Langues, les Centres de langues des universités, des Alliances françaises, de l’Institut français ou des nombreuses autres écoles de langues, il y a le souci de l’aborder depuis une approche actuelle qui respecte les recommandations du CECRL en intégrant notamment la tâche finale ou le projet dans une démarche actionnelle ; ainsi que les outils numériques comme la plateforme d’apprentissage. C’est ce dont il sera question dans l’atelier que j’animerai, toujours dans le cadre de cette JCF.

Et pour celles et ceux qui voudraient prolonger ce samedi FLE ou qui n’auraient pas la possibilité de venir à cette demi-journée de formation, il y a un autre RDV FLE ce week end à Barcelone, c’est l’atelier théâtre que propose Adrien Payet. Un atelier de 2h30 que propose l’auteur des Activités théâtrales en classe de langue (CLE International, ISBN 9782090375695) et dont le programme complet est disponible sur son site ou en lui écrivant.

Le temps d’un weekend, Barcelone prend donc les couleurs du FLE du côté de l’Eixample en espérant que l’avenir confirmera ces impressions de renouveau du français dans la capitale catalane et l’ensemble de la Catalogne. Un renouveau encore trop timide si on considère que moins de 20% de la population (selon étude publiée dans La Vanguardia du 20/04/2015) affirme être capable de parler français. Et encore, au fur et à mesure que passent les années, je doute que ce chiffre soit exact !

Pour en savoir plus
Programme et inscription au JCF de Barcelone du 27 mai 2017
Programme de l’atelier théâtre d’Adrien Payet à Barcelone le 28 mai 2017

Posted in Actualité du français, Ateliers et formations | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les professeurs de français se donnent bientôt rendez-vous à Chiclayo (Pérou)

Posted by Philippe Liria sur 29/09/2016

congres_chiclayoPlus que quelques jours avant que ne commence la 13e Rencontre nationale des professeurs de français du Pérou. Celle-ci se tiendra à Chiclayo, dans le nord du pays, du 7 au 9 octobre. Cet événement est organisé par l’Unión Peruana de Profesores e Investigadores de Francés (Unipprofif), l’Ambassade de France et le réseau des Alliances françaises au Pérou, avec l’appui du Lycée Franco péruvien. Ce sera le grand rendez-vous des professeurs et traducteurs de français. Les organisateurs espèrent qu’ils seront nombreux à participer à cette rencontre dont l’axe principal sera « l’enseignement du français dans le contexte latino-américain à l’ère numérique ». Mais parler d’ère numérique ne doit pas être synonyme d’un tout-numérique aveugle, au contraire ! Il s’agit bien de réfléchir à nos pratiques de classe dans ce contexte, des pratiques qui doivent être revisitées mais où l’humain doit et devra toujours être bel et bien présent comme nous le rappellera certainement Adrien Payet, auteur d’ouvrages FLE et spécialiste du théâtre dans la classe. Il le fera à l’occasion d’une plénière sur le théâtre en classe de FLE qui sera suivie d’un atelier pédagogique.

Pour ma part, j’aurai le plaisir d’y animer deux ateliers qui s’intéresseront à l’actionnel et qui nous permettront de voir comment projets et scénarios font bon ménage avec la classe inversée.

Pour connaître le programme de cette rencontre, le descriptif des interventions et la liste des intervenants, rendez-vous sur la liste de l’Ambassade de France au Pérou.

Posted in Actualité du français, Ateliers et formations | Tagué: , , | Leave a Comment »

Publics allophones en Martinique : besoins et enjeux pour une école inclusive

Posted by Philippe Liria sur 23/04/2016

Faculté des Lettres et Sciences HumainesQuand on pense à l’enseignement du français pour migrants, viennent à l’esprit des lieux que nous associons à la France hexagonale. On oublie souvent que la pression migratoire existe aussi dans les territoires français d’outre-mer, que ce soit à Mayotte, à la Réunion ou encore en Martinique. Or celle-ci, même si elle est moindre qu’en Europe, est en constante augmentation. Il s’agit essentiellement de la population allophone en provenance des régions voisines (Haïti, Sainte-Lucie). C’est le constat que fait l’Institut caribéen d’études francophones et interculturelles (ICEFI) sur l’aire géographique dont il est en charge. Les migrants hispanophones bien sûr, mais aussi anglophones ou créolophones arrivent nombreux en Martinique, cette autre porte d’entrée en Europe pour beaucoup d’entre eux. Plus récemment, ce sont aussi les réfugiés des zones en conflit aux frontières de l’Europe qui arrivent par d’autres voies dans l’espoir de trouver l’accueil et la possibilité de se construire un avenir que les bombes des fous de la guerre leur nient.
Parmi ces migrants, de nombreux enfants et adolescents qui doivent pouvoir intégrer au plus vite l’école. La scolarisation est en effet une priorité et c’est la mission du ministère de l’Education nationale français de la garantir. Dans ce contexte, il est important de s’assurer de la prise en charge de ces EAA, encore un acronyme barbare comme on les aime en français et qui désigne les Enfants Allophones Arrivants. Une prise en charge qui ne peut seulement être administrative mais qui doit comprendre différents volets qui vont garantir la meilleure intégration possible de ces enfants que les crises ont déracinés. Parmi ces volets, il y a bien sûr l’apprentissage de la langue française mais celui-ci ne peut se faire n’importe comment ni ne peut se contenter des réponses qu’apportent le FLE. D’autres pistes sont à explorer comme le FLI ou le FLSco. Mais qu’en est-il sur le terrain ? Les programmes d’accueil répondent-ils vraiment aux besoins ? Les enseignants ont-ils les outils adéquats pour garantir une scolarisation réussie ? Et ces outils, quels sont-ils ?
Ces questions et d’autres – comme celle de la formation des formateurs – encore en lien avec cette situation émergente rencontrée en Martinique feront partie des sujets abordés lors du séminaire La scolarisation des publics allophones en Martinique : enjeux et démarches pour une école inclusive qu’organise l’ICEFI à l’initiative de J.-D. Bellonie et P. Riba, en collaboration avec le département FLE de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l’Université des Antilles et le CASNAV de Martinique. Ce séminaire qui se tiendra le 25 mai prochain sur le Campus de Schoelcher mais aussi en streaming réunira en présentiel et en visioconférence un large éventail d’experts qui présenteront leurs communications qui porteront aussi bien sur une analyse de la situation dans la réalité martiniquaise que sur des propositions de travail ou encore sur les matériels de support que le monde éditorial crée pour ce public.

Retrouvez l’ensemble du programme sur le site de l’ICEFI.

Pour en savoir plus sur le sujet
Scolarisation des élèves : Organisation de la scolarité des élèves allophones nouvellement arrivés (consulté le 23/04/2016)
Conference-AADPAS-les enjeux de l’immigration en Martinique
ADAMI, H., 2009, La formation linguistique des migrants, Paris, CLE International
ESCOUFIER, D., MARHIC, Ph., TALBOT, E., 2013, Ensemble cours de français pour migrants A1.1, Paris, CLE International
IGLESIS, T., VERDIER, C., MOTRON, A.-C., CHARLIAC, L., 2012, Trait d’union (2è édition), Paris, CLE International

Posted in Actualité du français, Ateliers et formations, FLE et didactique | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

27 janvier : c’est l’Evènement CLE !

Posted by Philippe Liria sur 18/01/2016

evenementCLEFLEPour bien commencer l’année en FLE, rien de mieux que de se retrouver pour discuter et échanger sur nos métiers avec des experts, assister à ateliers et tables rondes ou encore à des conférences. C’est ce que propose la maison d’édition CLE International le mercredi 27 janvier à la Maison de la Belgique.
Cette deuxième édition de l’Evènement CLE devrait réunir pendant 12 heures ininterrompues quelque 300 professionnels du FLE venus des quatre coins de l’Hexagone mais aussi du monde entier. Ce sera le moment de découvrir Tendances la grande nouveauté FLE de l’année et parler ainsi du scénario actionnel, fil conducteur des unités de cette nouvelle collection présentée par l’un de ces auteurs, Jacques Pêcheur. Evènement central mais pas le seul : le FOS, le FOU, les stratégies d’apprentissages… seront au rendez-vous.
Programme et inscription en ligne : http://cleformation.jimdo.com/agenda-cle-formation/l-%C3%A9v%C3%A9nement-cle-2016/

Retrouvez la vidéo de promotion de Tendances :

Posted in Actualité du français, Ateliers et formations | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

La classe inversée : des initiatives contre le scepticisme (surtout en FLE) !

Posted by Philippe Liria sur 28/12/2015

clise2016Des airs de renouveau

La fin d’année scolaire de plusieurs pays d’Amérique latine est l’occasion de nombreux congrès, un moment privilégié pour rencontrer les enseignants et de faire le point sur les tendances qui marquent ou vont marquer la classe de français dans les prochains mois. On y a constaté la ferme résolution de mettre en place les recommandations du CECRL et de le faire dans une démarche actionnelle. Les réformes en cours des programmes scolaires s’orientent vers une didactique des langues qui met en avant la pédagogie du projet (enfin !). Autre constat : on doit ouvrir la classe aux autres matières. La transversalité des disciplines est aussi d’actualité, ce qui sous-entend des réformes plus profondes que celles se limitant à la classe de langue. Il y a encore du chemin à faire mais le sujet est sur la table, c’est un premier pas.
Dans cette ambiance de changements, des questions se posent. Comment mener à bien un projet en classe alors que les contenus notamment langagiers doivent être acquis ? En effet, il ne suffit pas de préconiser une démarche actionnelle pour que celle-ci prenne. Il est fondamental de revoir aussi la gestion de la classe et de mettre à contribution les technologies pour y parvenir. Tâche beaucoup plus simple aujourd’hui qu’il y a 10 ans quand nous avons commencé à parler de perspective actionnelle. Plus simple car l’accès aux technologies s’est largement démocratisée, même si on peut légitimement s’interroger sur les priorités budgétaires de certains. Mais c’est une autre affaire ! Le smartphone, plus que le TNI ou la tablette, est un objet courant (même dans les coins les inimaginables et les plus reculés du continent) ; à nous de savoir le transformer en un véritable outil d’apprentissage au moins en classe (oui, oui, en classe !! Fini cet « Eteignez vos portables ! » complètement ringard) et aussi en dehors de la classe.

Pour une gestion de classe différente
Quand la perspective actionnelle est apparue en FLE, la principale question qui revenait en permanence était celle de la gestion de la classe. Inquiétude légitime des enseignants, surtout ceux qui se trouvaient pris dans le carcan des programmes officiels qui ne prenaient pas en compte ce nouveau paradigme d’apprentissage qui demandait pourtant de revoir l’organisation de la classe. Comment élaborer une tâche ou un projet en classe alors qu’il faut faire le programme qui, grosso modo, se limitait à des objectifs grammaticaux ? La compétence en français, la vraie, celle qui permet de faire quelque chose dans la langue et avec les autres, à l’écrit et à l’oral, quel que soit le support, on la réduisait au jeu de rôle ou tout bonnement on la renvoyait au jour où l’apprenant serait en contact avec la réalité (comme si la « réalité » était ailleurs !). Quitte à se prendre une grande claque ! Comme celle que je m’étais prise à Victoria Station après 7 ans d’anglais et de bonnes notes… en grammaire ! Un grand moment où la « réalité » m’a obligé à remettre en cause mes profs et leur enseignement !! Mais revenons au FLE…
Et en FLE, justement, dans les formations, il était courant d’entendre dire « Les projets, c’est très bien mais on n’a jamais le temps de les faire !« . Equation difficile à résoudre. Il faut bien l’avouer, il manquait un élément de réponse. C’est là que la classe inversée fait son apparition. Voilà enfin la réponse idéale : elle permet de revoir notre façon de gérer la classe, d’envisager une nouvelle dynamique où le temps de classe sera consacré non plus à faire des leçons sur la langue, mais bel et bien à des choses avec et dans la langue. Le concept fait son petit bonhomme de chemin et entre petit à petit dans les classes grâce à des enseignants qui cherchent à organiser le temps d’apprentissage différemment. On la voit pénétrer dans les cours de SVT, d’Histoire… mais en FLE ? Avouons-le, en FLE, sa présence reste discrète mais elle arrive. Lentement peut-être mais surement. Les stages comme ceux du BELC ou du CAVILAM proposent dorénavant des modules sur la classe (plutôt que la pédagogie) inversée et les blogs, comme celui-ci, essaient de contribuer à la plus large diffusion de ce concept.

Un certain scepticisme ambiant (en FLE)
Reste que lors des formations, un certain scepticisme l’emporte comme j’ai encore pu le constater récemment. « C’est peut-être bien pour les cours de sciences ou de maths mais pas pour le français« , entend-on ici. Et puis, « ça demande beaucoup de travail« , entend-on aussi. Pour beaucoup, « ça ne change pas beaucoup des devoirs !« . On le sait, réformer n’est jamais simple. Introduire le concept de classe inversée dans les pratiques demande aussi de changer des habitudes d’enseignement, certainement, mais aussi, et il ne faudrait pas le négliger, d’apprentissage. Sans oublier non plus, l’implication des autres acteurs : parents – dans le cas d’apprenants mineurs – ou direction. Et aussi, puisque nous parlons beaucoup de travail collaboratif : celui des apprenants entre eux certes (souvent ils savent faire), mais il y a également celui des enseignants entre eux. Or, trop souvent, la charge voire la surcharge de travail provient d’un manque de collaboration entre collègues. Dommage mais véridique : deux professeurs d’un même établissement essayant de préparer, chacun de leur côté et sans que l’autre ne le sache, une capsule vidéo sur la différence imparfait-passé composé !! Sans commentaire alors que nous pouvons si aisément partager sans tomber dans la réunionite aigüe !!

Une semaine à la découverte de la classe inversée
Convaincu pourtant qu’en inversant la classe, nous pourrons atteindre plus aisément les objectifs que se fixent les nouveaux programmes de français d’Alliances françaises ou de ministères de l’éducation dans les quatre coins du monde, nous devons rassurer les sceptiques – pas question d’ignorer leurs inquiétudes -. Comment ? Certainement en leur permettant de voir comment ça se passe. A ce sujet, je voudrais signaler une initiative intéressante de l’association Inversons la Classe. Elle propose d’aller observer des classes à l’occasion des manifestations de la CLISE 2016 qui se tiendront du 25 au 29 janvier prochains. L’initiative se tient essentiellement dans l’Hexagone mais des enseignants d’autres pays s’y joignent comme c’est le cas en Belgique, au Maroc, en Tunisie, en Suisse… et même au Canada, où la « vétérante » de la classe inversée, Annick Arsenault Carter dont j’ai déjà eu l’occasion de parler dans ce blog, organise à Moncton (New Brunswick) sa propre « classe ouverte » sur deux jours. Une façon intéressante et originale pour voir les différentes pratiques de la classe inversée et son intérêt pour l’apprentissage.

CWVAfYyWwAAHLc8Toujours dans le cadre de la CLISE 2016, je voudrais signaler un atelier Canopé qui se tiendra dans l’Académie de Créteil le 29 janvier et qui comptera sur la présence d’un des experts en la question, Marcel Lebrun.

Si vous êtes intéressé(e), soit pour vous associer à cette initiative en proposant d’ouvrir votre classe soit parce que vous êtes motivé(e) par cette démarche mais vous vous posez mil et une questions sur sa mise en oeuvre, vous pouvez vous rendre sur le site de CLISE 2016 où vous trouverez tous les renseignements pour y participer.

Posted in Actualité du français, Ateliers et formations, FLE et didactique, Techno-pédagogie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

1er Congrès national sur la classe inversée

Posted by Philippe Liria sur 30/05/2015

classe_inverseeLes 3 et 4 juillet prochains se tiendra en France le 1er Congrès national sur la classe inversée.
La classe inversée, un concept qui n’est pas encore connu de tout le monde mais qui se fraie un chemin à l’école. De plus en plus de responsables pédagogiques et d’enseignants s’y intéressent comme nous le constatons dans les formations. Un intérêt qui n’est que le reflet de l’expression d’un besoin ressenti par tous : la classe change parce que l’apprentissage change. Mais comment faire ? Il ne suffit pas de faire entrer des tablettes ou un TNI dans la classe ou d’affirmer que l’élève est autonome qu’il le deviendra. Comme j’ai souvent eu l’occasion de l’exposer dans ce blog, c’est aussi la dynamique d’enseignement/apprentissage qui doit changer pour que les différents moments de contact avec la matière étudiée soient traités différemment. On ne vient plus en classe pour qu’un professeur magicien nous ouvre sur le monde. Plus besoin. Alors nous pourrions nous demander pourquoi continuer à aller en cours ? Parce qu’une chose, c’est avoir accès à une quantité apparemment infinie de savoirs et une autre chose, c’est être capable d’organiser ces savoirs et de porter un regard critique dessus. La classe doit donc permettre de savoir gérer cette information et, grâce à l’échange et au débat avec les autres, pouvoir faire des choix et/ou porter un avis.
La classe inversée, on l’a déjà vu ici, doit contribuer à cette nouvelle organisation de la classe. Elle doit aussi répondre souvent à une autre réalité : moins de temps de classe. Or, nous avons toujours besoin de temps pour apprendre. Alors si une partie de classe se trouve sur des capsules – bien faites, sur le fonds et sur la forme ! Et là j’en appelle au travail éditorial indispensable pour éviter de longues et soporifiques vidéos qui expliqueraient un point de langue. Un sujet à développer à mon avis.
Donc pour faire le point sur cette classe inversée, qu’il ne faudrait pas transformer en la nouvelle panacée qui va tout résoudre. Pourquoi avons-nous éternellement besoin de faire de tout nouvel outil ou de nouvelle méthodologie un veau d’or ?
Centré sur l’école en France, je présume que le FLE ne sera pas très présent dans ce congrès mais peut-être y aura-t-il des idées à glaner pour nos classes.
En tout cas, ce sera l’occasion d’échanger, de réfléchir, de créer autour de la classe inversée pendant ces deux jours de congrès au lycée Montaigne, à Paris.

Retrouvez le programme et les renseignements pratiques sur le site du Congrès.

Lisez en ligne le dossier du Café pédagogique suite à ce premier congrès.

Posted in Actualité du français, Ateliers et formations, FLE et didactique | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Université d’été – Le village francophone, 2015

Posted by Philippe Liria sur 11/05/2015

UNIVERSITÉ D'ÉTÉ COUV 3Si vous n’y étiez pas l’année dernière, ne ratez pas cet été le rendez-vous du français en Espagne. Il s’agit bien évidemment de l’Université d’été – Le village francophone. Sur une idée de Valérie Lemeunier, attachée de coopération pour le français en Espagne, cette initiative de l’Institut français de Madrid, en collaboration avec la Federación Española de Asociaciones de Profesores de Francés s’adresse aux professionnels de l’enseignement du et en français de toute l’Espagne. Les journées sont animées par une équipe d’experts et le programme contient de nombreuses actions pédagogiques et activités culturelles.
Retrouvez sur le site les dates et le programme. Université d’été – Le village francophone, 2015.

Posted in Actualité du français, Ateliers et formations | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Stage de rentrée des professeurs de FLE du Chili

Posted by Philippe Liria sur 17/03/2015

Posted in Actualité du français, Ateliers et formations, FLE et didactique | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :