Le blog de Philippe Liria

Auteur, formateur, consultant et éditeur de français langue étrangère (FLE)

Posts Tagged ‘CIEP’

Pas d’économies de bouts de chandelle dans le bilinguisme !

Posted by Philippe Liria sur 11/11/2018

Source : le fil du bilingue

DNL, immersion, enseignement bilingue… Comme j’ai eu l’occasion d’en parler dans les deux derniers articles de ce blog, le sujet de l’enseignement non pas simplement des langues étrangères mais plutôt celui de l’enseignement de matières dans des langues étrangères est en plein essor.

Le fil du bilingue qui, comme son nom l’indique, est le site de référence du CIEP sur ces questions propose sur Sccop.it une très intéressante et très complète revue de presse de tout ce qui se passe dans le monde autour de l’enseignement des langues. Dans ce zoom, on peut voir combien la question du bilinguisme est présente ces dernières semaines aux quatre coins de la planète, avec tous les avantages que cela apporte chez l’enfant bien au-delà de la connaissance d’une ou plusieurs langues étrangères. Et comme j’ai aussi eu l’occasion de le souligner, je trouve peu d’information sur les moyens déployés pour garantir une véritable formation des enseignants, absolument indispensable pour garantir un véritable enseignement bilingue de qualité. Nous ne pouvons accepter que les mathématiques ou l’Histoire soient enseignées dans une autre langue que celles des apprenants si les propres enseignants n’ont pas une parfaite maîtrise de la langue « étrangère » dans laquelle ils enseignent et qu’ils maîtrisent la matière enseignée, une évidence qui ne l’est pas comme il est aisé de le constater lors de la visite de certains établissements ou lors de rencontres sur des salons avec des enseignants en contexte bilingue. On s’aperçoit, hélas, qu’ils sont nombreux à éprouver d’évidentes difficultés à s’exprimer dans la langue dans laquelle ils enseignent.

Il y a quelque chose qui grince dans cette machine qui pourtant apparaît comme merveilleuse sur le papier. La formation pêche alors qu’elle devrait être centrale au risque sinon de mettre la charrue devant les boeufs dans cet ambitieux et merveilleux projet ! Mais pour cela, il faut s’en donner vraiment les moyens. On n’avancera pas dans ce projet en faisant des économies de bouts de chandelle ! Le défi vaut vraiment la peine d’être relevé !

Posted in Actualité du français, Billet d'humeur | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Bilinguisme (et même plurilinguisme) contre ces murs qui se dressent

Posted by Philippe Liria sur 23/09/2018

Table ronde sur l’enseignement bilingue francophone (Universités de Francophonia, Nice juillet 2018)

L’automne vient d’arriver dans l’hémisphère nord. Mais en Europe, c’est une impression d’hiver en avance qui semble s’installer, un hiver aux relents des années 30 qui refont surface depuis le fin-fond des égouts pestiférés de l’Histoire. Celles/ceux qui vivons au quotidien l’Europe dans sa diversité à tout point de vue avons bien du mal à comprendre ce qui se passe en ce moment. Comme si cette mosaïque plurilingue et pluriculturelle était sur le point d’éclater en morceaux alors que nous croyions que plus rien ne pourrait la briser.

Dans ce contexte fort sombre, il est des initiatives qui, à mon avis, ne peuvent que contribuer à renforcer le rêve de construire une véritable Europe citoyenne -il existe encore-. C’est certainement le cas de l’enseignement bilingue. Qui peut douter de la nécessité universelle du bilinguisme dans ce monde global ? Il est bel et bien révolu le temps où le bilingue était perçu comme une personne perfide ou hypocrite – c’est ainsi que le dictionnaire illustré latin-français de Gaffiot parlait du bilinguis -. Dans ce monde qui semble assis sur une poudrière, le bilinguisme, et mieux encore le plurilinguisme sont une nécessité. Voilà certainement comment nous contribuerons à dépasser les préjudices et la méfiance voire le rejet de l’autre.

L’enseignement bilingue, en l’occurrence francophone, recouvre bien entendu plusieurs réalité. Nous ne parlons pas nécessairement de la même chose, pour ne citer que quelques exemples, au Canada, où est question de l’immersion en français ; en Espagne, où il y a presque 300 collèges bilingues dans le secteur public ; ou au Ghana, où le français devient, en ce mois de septembre, langue d’enseignement de certaines matières dès le primaire. Les enjeux d’apprentissage mais aussi politiques ou culturels ont bien évidemment une influence sur la réalité qu’il y a derrière cet enseignement bilingue. Et c’est ce dont il a été d’ailleurs question lors d’une fort intéressante table ronde qui s’est tenue à Nice en cette fin juillet. Proposée par les Universités de Francophonia et animée par Ivan Kabakoff, elle a permis la présentation de la situation canadienne grâce à l’intervention de Marc-Albert Paquette, président de l’ACPI. Nous avons pu voir que le bilinguisme, qui prend le nom de français en immersion, se decline en trois formes : précoce, (à partir des 4/5 ans), moyenne (dès l’âge de 9/10 ans) et tardive (à partir de 12/13 ans). Quant à Fabrice Jaumont, auteur de La révolution bilingue. Le futur de l’éducation s’écrit en deux langues (TBR Books, 2017), il a parlé de la situation aux USA et plus particulièrement à New York. Partant de sa propre expérience dans la création d’une filière bilingue à Brooklyn, il a mis en avant le rôle que jouent les parents dans cette démarche. Ce n’est pas le seul cas de bilinguisme aux Etats-Unis et on peut aussi applaudir l’initiative de l’Utah qui a favorisé l’ouverture de classes bilingues. Cet Etat américain compte aujourd’hui plus de 4500 écoliers et collégiens et 92 professeurs concernés dans plus de 30 écoles. C’est même plus qu’en Louisiane ! me rappelaient encore récemment les responsables des programmes de français en Utah. L’éducation bilingue a même son salon aux Etats-Unis : la Bilingual Fair dont l’édition 2018 se tiendra à New York le 3 novembre et à San Francisco le 17 novembre. L’évènement contera d’ailleurs sur la présence de Fabrice Jaumont qui y présentera son ouvrage.

Plus globalement, l’enseignement bilingue francophone est en pleine croissante dans le monde. Dans une enquête réalisée par le CIEP en 2016, on signalait qu’il y avait environ 1,7 million élèves dans des sections bilingues de plus de 48 pays. Le CIEP anime d’ailleurs un site, Le fil du bilingue, entièrement consacré à la question.

On sait bien sûr que la polémique existe autour de soi-disants risques pour les enfants en situation de bilinguisme. M.-A. Paquette a rappelé à ce sujet que la recherche a montré que les enfants connaissent des taux de réussite au moins similaires voire supérieurs à ceux qui ne suivent pas de cursus bilingue. Un argument de poids pour convaincre les sceptiques ! 

Cet optimisme ne doit pas cacher les obstacles que rencontre l’implantation d’un enseignement bilingue sur le plan des moyens à mettre en oeuvre pour en garantir l’efficacité. Il faut y mettre de l’argent pour que l’offre soit ouverte à toutes et tous (l’enseignement bilingue ne doit pas être la panacée des établissements ayant les moyens ou se trouvant plutôt en zone urbaine), que les professeurs reçoivent la formation adéquate pour être compétents dans l’enseignement des disciplines non linguistiques (DNL) et que l’on puisse investir dans le développement multi-support de ressources pédagogiques qui vont accompagner apprenants et enseignants dans cette tâche.

Alors que le Brexit est sur le point de devenir une réalité et que l’Europe des populismes semblent vouloir faire son retour avec son lot d’intolérance envers l’autre, il est encore plus indispensable de renforcer la formation de citoyens plurilingues dans l’espoir que cela évitera la construction de nouveaux murs, que ce soit au sein de l’UE ou à ses portes.

 

Pour en savoir plus

Universités de Francophonia : https://www.universitesdefrancophonia.com

Le site de Fabrice Jaumont : https://fabricejaumont.net

Le fil du bilingue (le site de référence du CIEP pour cette question) : http://www.lefildubilingue.org

Bilinguisme et enseignement bilingue (CIEP, 2010) : http://www.ciep.fr/sites/default/files/migration/bibliographie/Enseignement_bilingue_0.pdf (un document qui date un peu mais qui fournit d’intéressantes références sur la question)

L’avantage bilingue : http://thebilingualadvantage.com/a-propos/ Site de Jessica Blin, enseignante bilingue, sur le bilinguisme avec notamment des informations sur les établissements bilingues en Australie.

L’enseignement bilingue francophone dans le monde (Institut français, 2016) : http://www.institutfrancais.com/sites/default/files/enquete-enseignement-bilingue-web.pdf

Les collèges bilingues publics espagnols (proposant le français) : http://www.tuscolegiosbilingues.es/colegios/frances/centro-publico/pag1

Résultats des statistiques des évaluations en Catalogne : http://csda.gencat.cat/web/.content/home/consell_superior_d_avalua/pdf_i_altres/static_file/Indicadors-2n-trimestre-2017.pdf

Formation à Accra pour les enseignants des futures écoles publiques bilingues (12/06/18) : http://lefildubilingue.org/formations/formation-à-accra-pour-les-enseignants-des-futures-écoles-publiques-bilingues

Association Canadienne des Professionnels de l’Immersion (ACPI) : www.acpi.ca

Posted in Actualité du français, Le monde des langues | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quelle intégration du numérique dans la classe de langue ?

Posted by Philippe Liria sur 10/04/2017


Des carences dans la formation
Il n’est pas rare d’entrer dans des salles de classe où l’usage des smartphones est (encore) interdit. Parfois, ce sont mêmes les législateurs qui ont pondu un texte pour garantir que cet objet de tous les démons ne pénètre pas dans le temple du savoir qu’est l’école ! Mais avant même de tomber dans ces extrêmes, il suffit de voir combien d’enseignants encore aujourd’hui sont réticents à faire entrer le numérique dans leur salle de classe. Souvent parce que la formation qui les aiderait à en faire un meilleur usage, ainsi que de ses outils pour accompagner l’apprentissage n’est pas à la hauteur des besoins, voire est complètement absente. Soit parce que l’institution n’y a pas pensé (il ne suffit pas d’exiger de moderniser les pratiques et les outils, il faut en donner les moyens) bien qu’ayant mis en place un plan d’offre de cours comprenant une formation à distance ou hybride ; soit tout simplement parce que l’institution ne prend pas en compte le numérique dans son offre, cas de plus en plus rare même si ce n’est que pour une question de marketing éducatif.

Des contradictions entre discours et pratique
Ce qui est certain, c’est que malgré les discours prônant l’intégration du numérique dans la classe de langue pour favoriser, notamment l’interaction authentique avec l’extérieur, les obstacles sont nombreux qui montrent combien la brèche est importante entre le discours théorique et la réalité de la classe. Plusieurs raisons expliquent cet écart. C’est pour cela qu’il était utile de faire le point sur la situation actuelle pour explorer de nouvelles pistes et surmonter des croyances (idéalistes ou sceptiques) sur la question du numérique dans l’enseignement/apprentissage des langues. Voilà donc le propos d’un superbe ouvrage collectif qu’a coordonnée l’équipe du département FLE de l’Université de La Réunion (Christian Ollivier, Thierry Gaillat et Laurent Puren) : Numérique et formation des enseignants de langue, pistes et imaginaires (2016), aux Éditions des Archives Contemporaines.

Cinq articles pour réfléchir aux implications du numérique dans l’enseignement/apprentissage
On comprendra la présence du mot du CIEP puisque son antenne réunionnaise a rendu en partie possible l’ouvrage mais on s’attardera beaucoup plus sur l’introduction de Christian Ollivier qui nous parle d’emblée du fossé existant entre “nos façons d’être au monde, de percevoir celui-ci et de le vivre” grâce aux innovations technologiques et un monde de l’enseignement, notamment des langues, qui semble tarder à vraiment les intégrer.
Pour mieux comprendre pourquoi ces deux mondes peinent à se rencontrer, il faut bien sûr s’intéresser à la formation des enseignants mais aussi aux formats de formation, hybride ou à distance. Il ne faut pas perdre de vue non plus nos représentations ou nos croyances, en tant qu’enseignants ou qu’apprenants, par rapport au numérique, que nous en soyons des inconditionnels ou que nous les regardions avec distance, celles-ci ont une influence sur notre rapport en classe avec ces innovations technologiques.
A un moment où toutes les institutions, publiques ou privées, semblent vouloir intégrer à n’importe quel prix des cours de langues en ligne, ces cinq articles arrivent à point nommé pour inviter à marquer une pause dans cette course effrénée et prendre le temps de réfléchir à la meilleure façon de réduire le fossé, à défaut de l’éliminer, en prenant compte les différentes implications abordées dans chacune de ces contributions.
Ollivier conclut son introduction en souhaitant une bonne lecture aux chercheurs et aux étudiants, mais je crois qu’il s’agit d’un ouvrage qui mérite une bien plus large audience. Je pense aux directeurs d’établissements et à leurs directeurs ou coordinateurs pédagogiques ou encore aux éditeurs. Tous ont, tous avons besoin de nous poser des questions sur ce numérique omniprésent et son rôle dans nos environnements, qu’il s’agisse des fournisseurs de cours ou des fournisseurs de contenus.

Le smartphone en vedette
Finalement, je voudrais retenir, peut-être comme une anecdote dans cette enrichissante lecture, les deux cas qui mettent en avant l’usage des smartphones. Celui de ces deux enseignantes d’anglais en Azerbaïdjan et celui du projet English in Action, très justement surnommé “The trainer in the pocket” (l’entraîneur dans la poche) par deux enseignants bangalais qui suivent cette formation professionnalisante de la britannique Open university depuis leur pays. Deux exemples qui montrent qu’il est temps tout d’abord de cesser de considérer ces téléphones intelligents des parasites ; puis de cesser de penser que ce sont des instruments du premier monde (ah ces croyances qui ont la peau dure !) mais bel et bien les outils de toute une jeunesse, d’Asie, d’Afrique ou d’Amérique latine, en soif d’apprentissage et donc très « numérique » mais pas depuis un ordinateur ou une tablette. Toute une nouvelle culture de l’apprentissage que nous ne pouvons ignorer si nous ne voulons pas être dépassés. Et les choses vont vite…

Pour en savoir plus :
Ollivier, C, Gaillat, T et Puren, L.(Coord.), 2016, Numérique et formation des enseignants de langue. Pistes et imaginaires, Paris, Éditions des archives contemporaines, 94 pages. ISBN : 9782813002297 – 22€
Sur le site de Christian Ollivier : https://eurofle.wordpress.com/

Posted in FLE et didactique, Le monde des langues | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

La scolarisation des publics allophones en Martinique

Posted by Philippe Liria sur 20/06/2016

icefi_afficheFin mai, j’ai eu le plaisir d’être invité en tant que représentant de la maison d’édition CLE International par l’équipe de l’ICEFI de l’Université des Antilles à participer à un séminaire consacré à la scolarisation des publics allophones sur l’île. Ce séjour a été vraiment intéressant pour prendre connaissance des réalités de l’île, un contexte particulier et complexe d’un monde qui – je l’avoue – m’était complètement inconnu. Cette complexité, c’est dès l’arrivée à l’aéroport de Fort-de-France qu’on la perçoit : l’on entend parler français bien sûr, mais aussi créole et surtout on se rend compte d’un réel croisement entre les deux langues se croisent et s’enlacent comme c’est souvent le cas dans les contextes bilingues – asymétriques ici, un peu comme à Barcelone – et auxquels on est hélas pas assez habitués dans ce là-bas qui, souvent accompagné d’un mouvement de tête en direction de l’Orient, indique notre Hexagone. Je crois qu’il est important d’être conscient de cette réalité si on veut comprendre ce que signifie la scolarisation des primo-arrivants comme a permis de le faire ce séminaire proposé par l’ICEFI.
Derrière ces sigles -rarement présent dans des journées universitaires en France, je me suis rendu compte que j’en avais oublié l’abondance en français (et je vous assure qu’on peut vivre sans)-, se cache l’Institut Caribéen d’Etudes Francophones et Interculturelles qui « est un département pluridisciplinaire au sein de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines qui permet de préparer des diplômes de Licence – Master – Doctorat dans cinq disciplines (Français Langue Etrangère – FLE; Langues et Cultures Régionales – Créoles; Arts Caribéens, Traductologie, Education comparée). L’ICEFI a la particularité de promouvoir, au cœur de la Caraïbe et dans les Amériques, la langue française, les études et les recherches francophones, dans une perspective d’ouverture au pluralisme linguistique et culturel qui caractérise ces régions. » Nombreux sont les professeurs et futurs professeurs de FLE en Amérique latine qui le connaissent car c’est justement l’ICEFI qui propose dans la région un master FLE entièrement en ligne.
Pendant ce séminaire, les participants ont pu écouter différents témoignages d’études de cas sur la place du plurilinguisme et la valorisation des langues premières, l’enseignement de l’orthographe ou de disciplines non linguistique comme les mathématiques par exemple. On a pu aussi voir quelle est la représentation des élèves allophones auprès des enseignants ou s’interroger sur l’accueil des élèves nouvellement arrivés dans l’académie de Martinique et d’aborder ainsi le principe de bienveillance.

Intervention de Melissa Marcin sur la place de la didactique du plurilinguisme (cas d'étude en Martinique)

Intervention de Melissa Marcin sur la place de la didactique du plurilinguisme (cas d’étude en Martinique)

Tout cela sans laisser de côté les aspects plus institutionnels en parlant de la fonction des CASNAV et du DELF en milieu scolaire avec une intervention du CIEP ou encore les questions juridiques avec notamment la participation de la chef du Bureau de la langue et de la citoyenneté, Isabelle Kaelbel, du ministère de l’Intérieur. Lors de son intervention, elle a exposé la réforme en cours de la législation concernant la formation linguistique des étrangers des primo-arrivants. Elle a ainsi confirmé la disparition du niveau A1.1 et donc du DILF et nous a appris qu’il faudra dorénavant parler du Contrat d’Intégration Républicaine ou CIR dans ce langage des sigles qui ne nous lâche pas ! Les primo-arrivants devront suivre une formation selon les contenus prescrits par le ministère et qui porteront sur le français pratique, le français public et le français professionnel mais aussi sur d’autres aspects comme les valeurs de la société démocratique et de la République. On ne manquera certainement pas d’en reparler…
Personnellement, je suis intervenu sur le travail d’un éditeur FLE et le rôle à tenir pour accompagner enseignants et élèves primo-arrivants dans un apprentissage réussi du français, ce qui m’a permis de faire un peu le tour de différentes publications sur la question.
Intervention de P. Liria sur l'édition pour le public migrant

Intervention de P. Liria sur l’édition pour le public migrant


Ce séminaire a permis de faire le point sur la situation d’un public allophone peut-être moindre que dans d’autres parties du territoire français mais en augmentation, en particulier dans le système scolaire ce qui demande une meilleure préparation des enseignants souvent « démunis » en les formant notamment à la didactique du FLSco. Garantir au mieux l’accueil de cette population, c’est aussi appliquer un critère de bienveillance, comme le rappellent Jean-David Bellonie et Patrick Riba dans leur conclusion des travaux, pour mettre fin aux représentations qui tendent à associer le public allophone à des mots comme « handicap » ou « illétrisme ». A l’issue de cette journée, ce sont différentes pistes d’action qui ont été proposées pour justement permettre une intégration réussie des publics allophones.
Conclusions et pistes d'action du séminaire par J.-D. Bellonie et P. Riba

Conclusions et pistes d’action du séminaire par J.-D. Bellonie et P. Riba


L’ensemble des interventions a été filmé et vous pouvez les écouter à partir de Manioc, une « bibliothèque numérique spécialisée sur la Caraïbe, l’Amazonie, le Plateau des Guyanes et les régions ou centres d’intérêt liés à ces territoires. Vous y trouverez des documents textuels, sonores, iconographiques et des références concernant l’histoire culturelle, sociale, économique ou politique de ces pays. » Bref, un superbe portail à partir duquel je vous invite à vous perdre, vous y découvrirez un véritable trésor sur les cultures des Caraïbes.
Le séjour a été trop court pour comprendre toute la réalité de la Martinique, ce serait bien prétentieux de ma part que d’affirmer le contraire mais déjà je sais que je ne lirai plus Patrick Chamoiseau tout à fait de la même façon -et en plus j’ai découvert Raphael Confiant-. C’est une nouvelle porte qui s’est ouverte ; tout comme elle s’ouvre à ces nouveaux arrivants venus des îles voisines ou de l’autre bout du monde en quête d’un nouveau rêve. Garantir la scolarisation des plus jeunes et la formation de leurs aînés, c’est contribuer à ce qu’il devienne réalité.

Posted in Actualité du français, FLE et didactique | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A lire : le compte rendu du séminaire sur l’avenir du métier de professeur de français

Posted by Philippe Liria sur 17/12/2014

metierOn le sait, le professeur de français (FLM, FLS, FLE) d’aujourd’hui et encore plus celui de demain sera confronté à de nouveaux défis qui nous montrent combien le métier est en pleine évolution et qu’il est fondamental que les différents organismes, publics, privés, associatifs, en France ou ailleurs se penchent sur la question et envisagent cet avenir. C’est dans ce cadre que s’est tenu tout début décembre un séminaire organisé par le CIEP et la FIPF pour chercher à « comprendre les évolutions du métier de professeurs de français et les accompagner ». Un article de Jean-Michel Le Baut propose un compte rendu de ces deux jours de réflexions et d’échanges. Il vient d’être publié sur le site du Café pédagogique. Lisez-le, il résume très bien ce que signifie cette évolution, je dirais ce bouleversement car comme le signale Raymond Gevaert, vice-président de la FIPF, toutes ces transformations en cours font que le chantier à mettre en oeuvre « bouscule les habitudes, (…) risque de déstabiliser, voire de fragiliser des enseignants qui ne seraient pas accompagnés dans cette remise en question et formés à s’emparer de tous les défis« . Des défis qu’il faut bien sûr prendre comme « un atout pédagogique » qu’il s’agisse du numérique, du plurilinguisme, de l’interculturel (si nécessaire et pourtant absent des programmes de l’école comme le fait remarquer Manuela Ferreira Pinto), des modes d’apprentissage, etc.
Ce serait une bonne idée, mais elle est peut-être déjà en cours, de pouvoir accéder très bientôt à un dossier complet reprenant les interventions et la table ronde et à diffuser largement dans les différentes structures concernées.

A la fin de l’article, des liens vous renvoient vers les différentes présentations des intervenants.

Posted in Actualité du français, FLE et didactique | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Lancement officiel du site « Parlons français, c’est facile ! »

Posted by Philippe Liria sur 27/07/2013

Parlons français, c'est facileLe 18 juillet dernier à l’occasion des Journées de l’Institut français qui se tenaient à Lille, le Ministère des Affaires Étrangères (MAE) a officiellement lancé le site Parlons français, c’est facile !. Ce site, que finance le MAE, est un portail de sensibilisation au français du réseau. Entièrement gratuit, il propose une grande quantité d’activités ludiques et récréatives basées sur des documents authentiques et des webdocumentaires inédits réalisés par TV5MONDE*.
À partir de deux webdocumentaires (pour le moment, deux autres sont en préparation), Partir et Ressentir, les apprenants pourront construire un parcours d’apprentissage. Les ateliersDes ateliers leur sont proposés selon leur niveau (de débutant à avancé) où ils trouveront des jeux, des quizs (grammaire, lexique, culture), des questions de compréhension… S’inscrivant pleinement dans une démarche Web 2.0, ce site propose aussi aux apprenants de relever des défis qui les conduisent vers des sites francophones où ils pourront mettre en pratique le français appris dès les premières heures. Les défis

Des cartes Mémos pour chaque niveau sont proposées pour que les apprenants voient ou revoient des notions de langue ou de culture. On peut regretter que ce site qui dit être multilingue ne propose jsutement pas d’explications grammaticales ou culturelles dans les langues annoncées, ce qui faciliterait un apprentissage en autonomie.
Les mémos
Les apprenants disposent d’une entrée Test qui leur permet rapidement de trouver leur niveau.
Comme il ne s’agit pas non plus de laisser les visiteurs du site seuls dans leur coin mais plutôt de les inciter à rejoindre la communauté francophone, on leur donne la possibilité d’identifier, à partir d’une carte interactive, les Alliances françaises et les centres français labellisés où il est possible de poursuivre l’apprentissage du français.
Les histoires de Nadine et Nabil que l’on suit à travers les webdocumentaires permettent aussi aux apprenants d’avoir un regard ouvert sur une francophonie authentique et plurielle.

Et pour les professeurs de FLE, ce site constitue aussi une excellente base de données notamment avec 20 vidéos d’excellentes qualités et qu’ils pourront facilement utiliser en classe en fonction des niveaux, indépendamment des activités qui accompagnent.

Un site vraiment intéressant, à découvrir ou à faire découvrir. Bravo !

*Outre le MAE et TV5 Monde, Parlons français, c’est facile ! est un projet « collaboratif » qui réunit une importante équipe d’experts de l’Institut français, de l’AFPIF, du Cavilam, du CIEP, du C.L.A, de la Fondation Alliance française.

Posted in Actualité du français, Proposition pédagogique | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DELF / DALF

Posted by Philippe Liria sur 04/07/2010

Nouvelle rubrique de ce blog. J’essaierai d’y réunir toutes les informations sur ces certifications, avec des liens d’intérêts aussi pour aider les profs à mieux préparer leurs élèves aux épreuves du DELF et du DALF.

Posted in DELF / DALF | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :