Le blog de Philippe Liria

Auteur, formateur, consultant et éditeur de français langue étrangère (FLE)

Posts Tagged ‘FLE et didactique’

Rencontre FLE 2013… Le rendez-vous incontournable de Barcelone pour les professionnels du FLE

Posted by Philippe Liria sur 25/08/2013

Rencontre FLE 2013Pour la 8e année consécutive, la Rencontre FLE de Barcelone se veut le rendez-vous des professionnels du FLE. Venus d’Espagne, mais aussi du reste de l’Europe et même de bien plus loin, enseignants, coordinateurs, directeurs… prennent part à cet évènement FLE. Certainement le plus important qu’accueille la capitale catalane avec ses quelque 300 participants ! Cette année, un programme alléchant sur deux jours comme d’habitude, les 22 et 23 novembre prochains, qui combine conférences, ateliers, table ronde et échanges d’expérience. On y parlera de la classe, de son environnement, de ses acteurs et de ses outils.
Les conférences
sylvie-poissonLa première conférence portera sur la grammaire… Une vieille question et pourtant au coeur de l’actualité FLE. C’est d’ailleurs la QUESTION qui revient systématiquement dans presque tous les ateliers car les enseignants ont souvent l’impression d’être pris entre deux feux, celui des didacticiens d’un côté et celui des apprenants de l’autre. Une question qui anime les débats, influence les décisions pédagogiques et méthodologiques… Sylvie Poisson-Quinton, qui connaît bien la question, essaiera d’apporter des pistes pour concilier ces deux façons de percevoir la grammaire.
christelle-combe-celikLa deuxième conférence abordera un sujet tout aussi d’actualité, qui parfois inquiète, mais aussi motive, c’est celui de la place des TIC dans l’enseignement/apprentissage des langues. Cette conférence sera prononcée par Christelle Combe Celik, spécialiste de la communication médiée par les technologies, de l’enseignement et du tutorat via les plateformes de formation en ligne (Moodle), de l’utilisation d’outils comme les forums, la visioconférence ou les réseaux sociaux.
Les deux conférencières prolongeront leur intervention par un atelier pratique.

Les ateliers
Ce sont 11 ateliers qui sont proposés aux participants. Ils aborderont la classe FLE sous tous ses angles : la dynamique de classe, la variété des publics (enfants, FLS…), la grammaire en classe, le conte, les DNL, les besoins spécifiques, les TIC, l’acquisition du lexique avec les cartes heuristiques…

À ces deux grands volets, s’ajoutent une session d’échanges d’expériences et, nouveauté 2013, une table ronde.

Et bien entendu, tous les autres moments de rencontre qui sont tout autant d’occasions pour échanger et créer de nouveaux liens.

Cette Rencontre FLE est organisée par les Éditions Maison des Langues en collaboration avec l’Institut français de Barcelone.ifb

Pour en savoir plus et vous inscrire, rendez-vous sur le site de la Rencontre FLE.

Publicités

Posted in Actualité du français | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Français du Canada et apprentissage du français

Posted by Philippe Liria sur 24/06/2012

En tournée en Colombie, je ne peux que constater l’intérêt des Colombiens pour le français… du Québec ! La nouvelle n’en est pas vraiment une. Lors de mon dernier passage dans ce pays, j’avais déjà eu l’occasion d’apprécier le vif intérêt que suscitait le français de nos cousins d’Amérique, au grand dam parfois de certains enseignants de français de France. Pourtant, je crois qu’on ne peut plus se contenter de constater ce phénomène croissant, qui, rien qu’en Colombie représente plus de 30% des apprenants de français si on en croit les motivations qu’ils signalent au moment de s’inscrire dans une Alliance française. Intérêt à ne limiter qu’aux apprenants colombiens ? Certainement pas même si les chiffres manquent pour pouvoir vraiment déterminer la dimension du marché d’élèves de français qui regardent plutôt en direction du pays à la feuille d’érable que vers la France.
On constate ainsi une demande de matériel pour la classe or celui fait cruellement défaut. Pas ou très peu, sans parler de l’erreur encore très courante de penser que ce besoin est comblé parce qu’on a glissé dans le manuel une page culturelle sur le Québec. Il est grand temps que les éditeurs, nous cessions de détourner le regard et que nous nous posions les questions pertinentes sur la présence d’autres francais dans nos ouvrages, une présence qui ne se limiterait pas seulement à la page culturelle. Et qui ne se limiterait pas non plus au francais québécois mais prendrait certainement en compte les autres formes de francais parlées au Canada. Bref, il faudrait d’une part s’interroger sur la place du francais du Québec, nécessaire car c’est ce francais et pas un autre que les candidats à l’immigration doivent connaître pour s’installer dans la Belle Province ; mais aussi la place du pan-canadien, promu par les autorités canadiennes hors Québec. L’affaire, on le voit, n’est pas simple, mais il faut absolument commencer à l’aborder. Peut-être pourrions-nous commencer par regarder les pratiques dans le domaine qu’ont les Anglophones qui précisent de quel type d’anglais il s’agit (UK, US ou autre) sur le matériel utilisé.
Combler ce vide, ce sera répondre au besoin d’un public dont le nombre est croissant et qui ne vient pas seulement d’Amérique latine mais aussi d’Asie ou d’Afrique puisque ces populations voient comment leurs opportunités d’un avenir meilleur auront plus de chances de se concrétiser au Canada qu’en France.

Posted in Actualité du français, FLE et didactique, Le monde des langues | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La didactique des langues interrogée par les compétences

Posted by Philippe Liria sur 17/06/2012

L’autre jour, j’ai eu le grand plaisir de trouver sur la table de mon bureau un petit paquet. Il arrivait de l’Université de Bourgogne. À l’intérieur, le dernier ouvrage de Jean-Jacques Richer : La didactique des langues interrogée par les compétences. J’ai découvert Les écrits de Jean-Jacques Richer quand nous préparions notre livre sur l’approche actionnelle dans l’enseignement des langues. Son point de vue, indiscutablement situé dans une perspective de rupture entre approche communicative et actionnelle m’intéressait alors particulièrement. Nous lui avions commandé alors un article sur la question.
C’est en poursuivant ses recherches en didactique, qu’il propose maintenant d’aller encore plus loin dans son analyse tout en s’arrêtant un temps pour essayer de faire le point car, non sans raison, il considère que la didactique des langues se trouve dans une période d’hésitation. Pour cela, il convient de s’interroger sur la notion de « compétence » depuis la définition de Chomsky jusqu’à la situation présente. Comme Puren, Richer considère que nous devons aller au-delà de l’état programmatique dans laquelle se trouve la perspective actionnelle pour « ouvrir de nouveaux chantiers » sur la typologie textuelle, la tâche, le projet…
L’ouvrage, divisé en trois parties, propose d’analyser la notion de compétence à partir d’un passage en revue du terme même pour ensuite s’interroger sur ce qu’est le Cadre européen commun de référence pour les langues : simple reconduction du communicatif ou nouveau paradigme méthodologique ? Finalement, admettant que celui-ci est à peine esquissé par le Cadre, il propose d’essayer de développer la linguistique actionnelle, les compétences langagières et de stratégie, mais aussi de revisiter la définition de la tâche en faisant la différence entre celle-ci et le projet. Ce qui, selon lui, implique aussi une redéfinition de la séquence didactique et une reprécision du rôle de l’enseignant.

Pour en savoir plus, voici les références de l’ouvrage :
La didactique des langues interrogée par les compétences, Jean-Jacques Richer. Coll. Proximités « Didactique », E.M.E. Bruxelles, 2012. 196 pages.
À lire aussi, la note de lecture que Christian Puren a mise sur son site.

Posted in Actualité du français, FLE et didactique, Le monde des langues | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

L’approche actionnelle… mise en pratique

Posted by Philippe Liria sur 29/04/2012

Au cours de mes nombreux déplacements, quand les enseignants me posent des questions sur l’approche actionnelle, il s’agit en général de demandes faites sur un ton plutôt sceptique : actionnelle, oui mais quand et comment avec le temps, les effectifs, les programmes que lon a !!! J’essaie de les convaincre que l’actionnelle n’est pas une utopie et qu’elle peut très bien être mise en pratique. Les meilleurs exemples ne viennent finalement pas du discours que je peux tenir mais des faits, c’est-à-dire des travaux que mettent en oeuvre les professeurs qui travaillent dans cette perspective avec leurs élèves. Et il y en a… Je me souviens d’une professeure FLE d’un lycée du Costa Rica qui m’expliquait comment elle mettait en place de véritables projets qui impliquaient ces lycéens ou encore ces enseignants d’une école de tourisme au Nicaragua qui mettent en pratique l’actionnel appliqué au tourisme. Plus récemment, c’est un professeur qui enseigne aux États-Unis qui nous en parle sur son blog. Une mise en pratique bien réelle aussi, c’est celle qui utilise le web 2.0 pour créer un espace d’échange : visitez-la sur le blog de la Revue du Monde, qu’animent aussi bien des enseignants que des élèves. On y voit clairement comment les élèves qui contribuent à ce blog se servent de la langue pour agir, que ce soit pour s’informer sur les cultures auxquelles ils s’intéressent ou pour mettre en ligne des informations sur leur propre culture, et cherche ainsi à échanger avec leurs interlocuteurs. Il s’agit bien d’un exemple où l’utilisation de la langue au-delà des quatre murs de la classe en répondant à des objectifs clairement désignés dans des situations de communication vraiment authentiques, comme les tâches que nous proposons aussi dans les trois premiers niveaux de Version originale.

Posted in Actualité du français, FLE et didactique | Tagué: , , , , , | 1 Comment »

Le web 2.0 en classe de langue. Une réflexion théorique et des activités pratiques pour faire le point

Posted by Philippe Liria sur 29/03/2012

À lire cette note de lecture sur l’ouvrage Le web 2.0 en classe de langue. Une réflexion théorique et des activités pratiques pour faire le point.

Posted in Actualité du français, FLE et didactique, Techno-pédagogie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rencontre FLE – Paris 2012

Posted by Philippe Liria sur 17/03/2012

Depuis 2006, se tient à Barcelone la Rencontre FLE qui réunit des professionnels du Français langue étrangère du monde entier pour se pencher sur l’actualité didactique et pédagogique du moment. Cette rencontre combine la théorie dans un cycle de conférences et la pratique de classe au travers d’une douzaine d’ateliers.

Sur ce modèle les Éditions Maison des Langues souhaitent aujourd´hui vous proposer la première Rencontre FLE à Paris. Cette première Rencontre intitulée Passons à l’action ! Conférences, ateliers et pratiques de classe se déroulera les 8 et 9 juin 2012, à l’Alliance Française de Paris.

Le préprogramme sera mis en ligne fin mars.

Posted in Actualité du français, Ateliers et formations, FLE et didactique, Le monde des langues | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Université d’Été d’Izmir 2012 (Turquie)

Posted by Philippe Liria sur 17/03/2012

Après le succès de l’édition de 2009, l’Association des Professeurs de Français d’Izmir (APFIZ) vous donne à nouveau rendez-vous pour une semaine de conférences et d’ateliers. Cette deuxième édition se tiendra du 18 au 22 juin. Retrouvez l’ensemble du programme sur le site de l’association. J’aurai le plaisir de pouvoir y animer un atelier sur la mise en place d’une unité didactique dans une démarche actionnelle et j’y présenterai aussi l’ensemble de notre fonds de publication.

Posted in Actualité du français, Ateliers et formations, FLE et didactique | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Nouveau site pour les Editions Maison des Langues en Italie

Posted by Philippe Liria sur 10/01/2012

Cette année est particulièrement importante pour les Éditions Maison des Langues en Italie. Cette maison d’édition, spécialisée en matériel didactique pour l’enseignement des langues, vient de lancer son site spécial Italie. Retrouvez-le sur http://emdl.it

Posted in Actualité du français, Le monde des langues | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

 » Aucune école ne doit investir dans la technologie sans investir de manière substantielle dans la formation des enseignants. »

Posted by Philippe Liria sur 25/09/2011

« Aucune école ne doit investir dans la technologie sans investir de manière substantielle dans la formation des enseignants. » Cette phrase est tirée d’un article d’Hubert Guillaud (Dans les salles de classe, les résultats ne progressent pas)sur le blog qu’il co-anime avec Xavier de La Porte et Rémi Sussan, Inter Actu. Cette affirmation n’est pas anodine et soulève une question bien présente aujourd’hui dans les établissements. On sait ce qui se passe, on implante les technologies comme les TNI dans les salles de classe, on dote les élèves d’ordinateur portable et un certain technodéterminisme nous fait croire qu’avec ça, on a trouvé une réponse à tous les problèmes de la classe. Pourtant, dans certains États des Etats-Unis où ces technologies ne sont plus au stade de l’expérience, on se pose légitimement des questions sur les résultats des élèves et la place du prof. On a vu, comme le rappelait le NYT dans un article de mars dernier des écoles qui pensent que la technologie peut remplacer les enseignants comme ces classes virtuelles en Floride qui prétendent résoudre le problème des sureffectifs. (Disponible en français sur le site du Courrier International)
En Europe, on voit comment les investissements en technologie se font souvent au détriment de la formation des enseignants. On voit même des enseignants fonder leur choix non pas sur des critères pédagogiques mais sur des questions technologiques. Peu importe le contenu, ce qui importe c’est l’emballage : plus il est interactif, mieux c’est. Quant à l’interaction, elle viendra après, s’il y a le temps.
Je reprends un autre extrait de l’article de Guillaud qui cite la chercheuse américaine, Cathy Davidson : « Nous ne sommes pas responsables en tant qu’éducateurs si nous ne faisons qu’enseigner avec la technologie, car il faut également enseigner à travers elle, sur elle et à cause d’elle. Nous devons faire comprendre aux enfants sa puissance, son potentiel, ses dangers, ses usages. Ce n’est pas seulement un investissement qui en vaut la peine, mais c’est un investissement qu’il serait irresponsable d’éviter. » Et elle a certainement raison à condition, comme elle le dit par ailleurs, que nous aidions à comprendre la technologie et pour cela, il faut que les enseignants non seulement la connaissent mais surtout la maîtrise. Or, nombreux sont ceux qui découvrent ces technologies en même temps que leurs élèves (voire même après dans certains cas).
En fait la question n’est pas d’être pour ou contre les technologies dans la salle de classe, je crois que tout le monde est d’accord qu’elles sont devenues un outil de plus au service de l’apprentissage. Dans le même temps, leur entrée se fait souvent très, trop vite sans qu’on ait eu le temps de « repenser l’éducation ».

Posted in Techno-pédagogie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le web 2.0 en classe de fle

Posted by Philippe Liria sur 24/05/2011

Mercredi dernier, Christian Ollivier présentait dans les locaux des Éditions Maison des Langues son livre Le web 2.0 en classe de langue qu’il a co-écrit avec Laurent Puren. Christian Ollivier est un spécialiste de la didactique des langues, des TICE et du web 2.0. C’est la combinaison de ces spécialités qui lui permettent d’aborder d’une façon originale l’enseignement des langues dans une démarche collaborative qui va au-delà des murs de la salle de classe. Il faut aller plus loin. Et pour aller plus loin, nous devons nous munir d’outils nouveaux dans des espaces nouveaux. Pour Ollivier, le web 2.0 est à la fois cet outil et cet espace. C’est une façon pour les apprenants de ne plus associer la langue qu’ils apprennent à un espace donné mais au contraire de l’activer dans des contextes variés pour échanger et surtout pour faire, avec d’autres apprenants – ou pas d’ailleurs ! -.
Comme l’écrit C. Ollivier, cet ouvrage se veut aussi « résolument pratique et tourné vers l’action et l’interaction, (pour élargir) la perspective actionnelle définie par le Cadre européen commun de référence pour les langues en fournissant, à partir d’une réflexion théorique, des exemples concrets de tâches exploitant une sélection de sites et applications du web 2.0. »

Pour en savoir plus, je vous propose de retrouver le blog de Christian Ollivier et Laurent Puren sur l’utilisation du web 2.0, un blog qui complète l’ouvrage consacré à la question : Le web 2.0 en classe de langue (EMDL, Paris, 2011)

Web 2.0 en classe de langue

Vient de paraître. EMDL 2011. Un ouvrage pour mieux comprendre le web 2.0 avec des exemples pratiques pour son utilisation en classe de langue.

.

À lire aussi, la présentation sur le site Emilangues

Posted in FLE et didactique, Techno-pédagogie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :