Le blog de Philippe Liria

Auteur, formateur, consultant et éditeur de français langue étrangère (FLE)

Posts Tagged ‘Khan Academy’

La classe inversée, invitée de la Rue des écoles sur France culture

Posted by Philippe Liria sur 23/02/2014

audio France-culturePour toutes celles et ceux qui s’intéressent à la pédagogie inversée ou ne la connaissent pas encore, je vous invite à écouter l’émission Rue des écoles du 19 février 2014. Trente minutes sont consacrées à ce modèle pas vraiment nouveau mais qui connaît, avec notamment la Khan Academy, un véritable engouement. Cela fait déjà quelque temps que je vous en parle et je peux confirmer l’intérêt que suscite cette pédagogie auprès des enseignants. L’émission le rappelle, ce n’est pas simple à mettre en place et il ne s’agit pas non plus de transformer sa classe au point de tout inverser. Pourtant cette pédagogie, directement liée au socio-cognitivisme, fait son chemin comme vous allez l’entendre. Profitez-en aussi pour lire les différents billets traitant la question que j’ai publiés sur ce blog.
Le site de France Culture complète l’émission avec quelques liens sur la pédagogie inversée.

Publicités

Posted in Actualité du français, Techno-pédagogie | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

La pédagogie inversée… Conseils et exemples pour sa mise en place

Posted by Philippe Liria sur 06/01/2014

Quand vous parliez de pédagogie inversée ou de « flipped classroom » il y a encore quelque temps, on vous regardait avec des yeux d’étonnement. Alors que de nombreux pédagogues du Québec en parlait et que la presse québécoise s’en était fait l’écho (ex.:
La pédagogie inversée: qu’est-ce ? dans La Presse), c’est à peine si le sujet avait été traité en France. D’ailleurs, côté FLE, il me semble qu’une revue spécialisée comme Le Français dans le monde n’a pas encore abordé le sujet. Dommage! Ça viendra certainement…

Ceci dit, depuis septembre les choses ont l’air de bouger un peu (pas en FLE mais dans la classe de façon plus général) : l’arrivée de la Khan Academy en France et le développement des MOOC (et les doutes qu’ils soulèvent) dont le FUN ont suscité un certain intérêt qui a permis de donner une certaine diffusion de la pédagogie inversée et des concepts qu’elle développe. La presse généraliste française a publié de nombreux articles sur la pédagogie inversée (ex. : Le blog Internet Actu du journal Le Monde en octobre) et des expérimentations à grande échelle sont en train de se mettre en place. Je pense notamment à celle que mène depuis octobre 2013 le lycée Marguerite Yourcenar d’Erstein dans le Bas-Rhin. Les professeurs de 2nde et de 1re de plusieurs disciplines (Français, Sciences économiques et sociales, Histoire, SVT, Allemand et Anglais) et deux niveaux de classe se sont impliqués dans un projet qui combine la pédagogie inversée et l’approche actionnelle. Cette expérimentation est filmée. Je vous conseille de vous rendre sur le site et de visionner les différentes capsules en ligne (trois épisodes divisés en plusieurs parties pour le moment mais les autres seront disponibles à mesure qu’avancera l’année scolaire) : vous pourrez y voir des exemples concrets de mise en place de la pédagogie dans la classe, voir la préparation des contenus didactisés, écouter les réactions des enseignants et des lycéens et vous pourrez vous-mêmes réagir ou poser des questions en intervenant sur le forum de cette websérie pédagogique.
Cet intérêt, je le constate moi-même sur ce blog en voyant comment depuis quelques mois vous êtes de plus en plus nombreuses/-eux à chercher des informations sur cette pédagogie.

Si l’envie vous prend de mettre en place une expérimentation de pédagogie inversée, vous pouvez aussi être intéressés par « dossier classe inversee« , un petit dossier, petit mais très complet, paru au printemps 2013 pour que vous puissiez justement vous lancer. Élaboré par Audrey Miller pour le compte d’Infobourg et de Carrefour éducation, il a pour objectif de proposer « de faire le tour de la question et de prendre connaissance de l’expérience de certains enseignants. Ainsi, chacun
sera en mesure de voir si l’option peut lui convenir.
 » Après un rappel des caractéristiques de la pédagogie inversée, le dossier passe en revue les outils qui en permettent la mise en place puis s’attarde sur le comment faire pour vraiment passer de la théorie à la pratique, sans oublier quelques trucs fort utiles. Finalement, vous y trouverez un guide de ressources pour en savoir plus sur la pédagogie inversée et pour trouver des exemples concrets de mise en pratique. Vous verrez que la plupart sont des exemples en lien avec des disciplines non linguistiques, et plutôt scientifiques. Comme je l’ai déjà signalé dans des billets précédents sur la pédagogie inversée, il semblerait que pour le moment il n’y ait pas vraiment d’expérimentation menée dans le domaine des langues, notamment du FLE. J’attends rapidement d’être corrigé et pouvoir écrire un billet sur les exemples qui pourraient exister…
Finalement, et merci à Elena Pérez pour la suggestion, je voudrais signaler comment la baladodifusion vidéo peut être mise au service de la pédagogie inversée comme le montre ce diaporama proposé par Samuel Bernard, encore un professeur de mathématiques ! Mais cela peut donner des idées…

Posted in Actualité du français, FLE et didactique, Techno-pédagogie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La pédagogie inversée sera prochainement l’invitée des Matinées du e-learning

Posted by Philippe Liria sur 22/09/2013

pedagogie_inverse_schemaDepuis quelques mois déjà, je reviens régulièrement à travers des notes et billets sur la pédagogie inversée. Cette scénarisation pédagogique mérite certainement une attention toute particulière dans un moment où nous sommes en train de repenser les façons de faire classe. Et justement ce matin, Marcel Lebrun, spécialiste en technologies de l’éducation, a publié sur son Facebook l’annonce d’une intervention qu’il réalisera le 14 octobre 2013 sur le sujet : ‘Flipped classroom’ : pédagogie inversée et scénarisation pédagogique dans le cadre des Matinées du e-learning.
C’est ce qui m’a justement permis de découvrir en plus cette excellente initiative qui entre dans sa quatrième saison et dont le but est d’aborder à travers des conférences-ateliers autour de méthodes pédagogiques innovantes, l’impact des technologies sur l’apprentissage et les lieux d’apprentissage. Co-organisées par les Universités Lyon2 et Lyon3, l’INSA de Lyon, L’ENS de Lyon, VétagroSup, l’Ecole Centrale de Lyon, l’IEP de Lyon et l’Université de Lyon, ces matinées proposent donc cinq sessions par an de réflexion autour l’e-learning, afin de permettre « une meilleure maîtrise des outils numériques » comme le revendique leur slogan.
La conférence de Marcel Lebrun analysera La scénarisation pédagogique « flipped classrooms » puis un autre intervenant s’intéressera plus particulièrement aux « droits applicables aux modules pédagogiques ».
Le site des Matinées du e-learning propose aussi de retrouver les principales interventions en vidéo : différents thèmes y sont traités comme l’Open education, les mondes virtuels, Twitter, les cartes heuristiques… Particulièrement intéressantes aussi, et en lien direct avec l’utilisation des technologies, les interventions autour des réflexions sur les droits (d’auteur, droits d’image, plagiat, contrefaçon, emprunt, exceptions pédagogiques…), un monde complexe que nous maitrisons mal, voire pas du tout et auquel nous sommes pourtant régulièrement confrontés, non seulement ceux, qui comme moi travaillons dans l’édition mais aussi enseignants et apprenants qui utilisent de plus en plus de ressources en ligne pour faire nos blogs, nos diaporamas, etc. et surtout de les diffuser.

Pour en revenir à la pédagogie inversée, alors que la Khan Academy vient de faire son entrée en France (toute la presse française en parle depuis la fin août), je constate, je ne sais si par méconnaissance ou reticence, que celle-ci n’a pas l’air de trop séduire l’enseignant FLE. Je me trompe peut-être et suis demandeur d’exemples de mise en place d’expériences en classe de français langue étrangère de cette pédagogie. Nous y reviendrons certainement…

Pour en savoir plus sur :
Les matinées du e-learning : Les matinées du e-learning

Au sujet du Khan Academy en France à travers la presse :
Khan Academy Français
Le ‘Khan Academy’ arrive en France. (France culture)
Khan Academy : l’école de demain arrive en France. (Franceinfo)
L’éducation face à la révolution des MOOC. (Les Échos)

Posted in Ateliers et formations, Techno-pédagogie | Tagué: , , , , , , , , , | 3 Comments »

Vers la pédagogie inversée (mis à jour le 13/04/13)

Posted by Philippe Liria sur 21/10/2012

La pédagogie inverséeL’autre jour, au cours d’un dîner, une amie m’a demandé ce que je pensais de la pédagogie inversée. J’ai tout de suite fait le rapprochement avec l’approche actionnelle telle que je la préconise dans mes ateliers. Pourtant, j’avais l’impression qu’il y avait beaucoup d’autres choses derrière ce concept. J’ai donc eu envie de creuser un peu plus cette idée que je maitrisais mal : j’ai trouvé une somme de documents passionnants sur la question que j’ai mantenant envie partager avec les lecteurs de ce blog.
En effet, quand on parle d’approche actionnelle dans la classe de langue, on se rend compte rapidement que les problèmes que pose cette mise en place sont sont nombreux. Certains très pratiques (l’espace classe), d’autres plus institutionnels mais beaucoup sont aussi en rapport avec nos croyances sur l’apprentissage et qu’ont nos élèves sur la façon d’enseigner de leur prof pour qu’ils apprennent.
Cet ensemble de paramètres m’oblige forcément à faire le rapprochement entre la mise en place d’une approche actionnelle efficace et la pédagogie inversée. À mon avis, les deux sont en fait étroitement liés.
On pourrait résumer la pédagogie inversée en disant qu’elle consiste à renvoyer à la maison la partie la plus magistrale du cours, celles des acquisitions plus théoriques et qu’elle réserve l’espace classe pour la mise en pratique à travers des projets plus ou moins complexes, tout en permettant aux apprenants de poser des questions à l’enseignant sur ce qu’ils n’auraient pas compris à la maison et à l’enseignant, à travers ce projet, de vérifier que les apprenants ont bien acquis les connaissances pour être compétents dans la réalisation du projet.
Samuel Bernard, professeur de mathématiques, en fait un très bon résumé dans sa vidéo :

Samuel Bernard explique la classe inversée

Comme tout cela est encore relativement nouveau et comme les enseignants que je rencontre se posent souvent des questions sur la possibilité de vraiment mener à bien les projets, qu’ils trouvent souvent chronophages parce qu’ils doivent aussi faire les leçons de grammaire (pour ne prendre qu’un exemple), je propose dans ce billet quelques pistes de réflexions sur le sujet en espérant qu’elles contribueront à son développement dans la classe de français langue étrangère, langue seconde et langue de scolarisation.

Pédagogie inversée
On parle de pédagogie (ou classe) inversée parce qu’on veut changer ou plutôt inverser (to flip) les paramètres habituelles de la classe basés sur la taxonomie_bloom. Pour mieux comprendre cette idée d’inversion de la taxonomie de Bloom, lisez cet article de Shelley Wright, notamment la partie sur la classe d’anglais. Vous y retrouverez des principes que nous énonçons régulièrement dans la démarche actionnelle surtout quand nous parlons de la place de la grammaire dans la classe et dans les manuels. Mais Shelley Wright pense qu’il faut aller plus loin, ne pas s’arrêter à la pédagogie inversée. Aller plus loin, c’est la combiner avec l’apprentissage par enquête comme le suggère André Roux dans un excellent billet qui reprend les principes de la pédagogie inversée mais met en garde sur les risques de la laisser occuper tout l’espace éducatif. Pour André Roux, la pédagogie de l’enquête permet de renforcer l’interaction sociale et la recherche qui sont ainsi placées au centre du processus d’apprentissage.

Si vous cherchez des références en anglais, tapez flip teaching ou flipped classroom et vous trouverez une quantité de sites qui en parle et vous montre comment cela fonctionne. En français, il semblerait que ce soit les Québécois qui s’y intéressent le plus. Le terme privilégié pour en parler est « pédagogie inversée ». Même si le principe n’est pas nouveau – il remonte aux années 90 du siècle dernier -, c’est à partir des années 2000 et surtout de 2004 qu’on peut vraiment commencer à parler de flip teaching grâce aux vidéos en ligne de Salman Khan. La plateforme en ligne de Salman Khan est certainement la référence actuelle de la pédagogie inversée avec plus de 3000 vidéos.

Salman Khan à 60 minutes de CBS News (sept. 2012)


Attention, la pédagogie inversée n’est pas une approche qu’on résumerait à tort en disant qu’elle consiste à demander à l’élève de regarder des vidéos en capsule à la maison ; c’est une approche qui prétend impliquer activement les élèves dans leur propre apprentissage et leur création de contenu de manière à ce que cela ait du sens pour eux. Mais il est vrai qu’elle accorde une place privilégiée aux TIC puisqu’ils contribuent à créer un environnement favorable à un apprentissage qui commence à la maison pour se prolonger et se développer en classe avec l’enseignant devenu guide. Bref, les TIC sont mis au service de l’apprentissage, comme un outil, mais la classe ne doit pas reposer sur leur usage. Ils doivent aider les élèves à vraiment donner de l’importance au travail à faire en dehors de la classe. Ce travail se fait à partir de capsules-vidéos et les élèves peuvent les regarder autant de fois qu’ils en ont envie. ils ne comprendront pas tout mais justement, c’est ce qui va les inciter à se poser des questions qui seront le point de départ de la classe en présentiel. En classe, le temps consacré au travail fait à la maison ne se réduit donc plus à une simple correction avant de passer à autre chose ; c’est un temps précieux pour mieux comprendre et corriger les difficultés des apprenants tout en leur proposant, en classe, des activités qui leur permettront de mettre en pratique ce qu’ils auront préparé à la maison ou à la bibliothèque. Cela signifie aussi que les apprenants peuvent aller chercher ailleurs leurs sources de savoir : pour eux, l’enseignant n’est plus le « fournisseur de savoir » mais plutôt celui qui va les aider à organiser ce savoir, va les motiver à faire quelque chose qui aura du sens avec ce qu’ils auront appris.

Il n’y a pas grand chose en français sur cette pédagogie, du moins sur les sites français. En revanche, côté québécois, on sent que les choses bougent et vous pourrez trouver plusieurs sites dédiés et de nombreux billets sur le sujet. Je regrette en revanche de ne pas avoir trouver d’exemples de classe inversée de FLE mais si on commence à trouver quelques vidéo-capsules contenant des explications grammaticales pour que les élèves les suivent à la maison.

Pour mieux comprendre le concepte, j’ai trouvé récemment cette carte heuristique qui permet de bien visualiser ce qu’on entend par pédagogie inversée.

carte heuristique sur la pédagogie inversée dAdeline Collin

carte heuristique sur la pédagogie inversée dAdeline Collin

Il s’agit d’une carte heuristique proposée par Adeline Collin, conseillère pédagogique Inspection de l’Éducation Nationale Châlons Est, qui a également élaboré un diaporama en ligne qui résume les principaux points de ce qu’elle qualifie plutôt de nouvelle philosophie d’enseignement que de technique. Vous pouvez aussi visionner le petit reportage que France 2 avait consacré à ce sujet dans une classe de primaire. Adeline Collin explique comment les élèves mènent la classe même s’il y a bien entendu un cadrage de l’enseignant.
L’enseignante de ce même reportage tient également un blog avec quelques exemples de pédagogie inversée : le blog de Sandrine Merut.

J’espère que ces quelques lignes éveilleront votre curiosité. Et si vous faites partie de celles ou ceux qui mettez déjà en pratique les principes de la classe inversée dans l’apprentissage du français, n’hésitez pas à m’en faire part pour que je puisse mettre à jour les liens sur ce blog. Et encore merci à Isa pour m’avoir posé cette question…

Quelques liens d’intérêt complémentaires sur la question

Faire la classe mais à l’envers : la flipped classroom
À lire absolument, cet article du Service de soutien à la formation de l’Université de Sherbrooke décrit les principes pédagogiques de la classe inversée avec ses avantages mais aussi les risques qu’elle peut présenter, surtout si les enseignants ne sont pas préparés à leur nouveau rôle.

Classe inversée
Cet excellent site vous décrit dans le détail ce concept au succès grandissant aux quatre coins de la planète. Vous y trouverez un guide très complet qui vous indiquera, étape par étape comment mettre en place ce type de classe ; les concepts pédagogiques possibles (classe inversée, progression individuelle, pédagogie de la maîtrise, la pédagogie de projet et leurs combinaisons possibles). Le site contient aussi une partie consacrée aux outils et ressources disponibles en ligne comme les tableaux en ligne qui vous permettent d’écrire sur un tableau virtuel mais aussi, grâce à l’application Educreations, d’enregistrer des vidéo de cours, d’insérer des images… Le tableau d’Educreations est vraiment très intéressant si vous souhaitez que vos élèves préparent une partie des contenus dont ils auront besoin en classe. Vous y trouverez aussi des liens vers des plateformes d’apprentissage comme Canvas, Edmodo (qui vous permet à la fois de mettre des contenus en ligne et de créer une communauté virtuelle de la classe) ou encore Schoology, basée sur le même principe que Edmodo. Tous ces sites sont de véritables outils de gestion globale de la classe. À voir aussi, ce que proprose la plateforme Sophia.
Autre section intéressante de ce site, c’est celle des témoignages, surtout aux États-Unis, de classes inversées au collège, au lycée et en université. Brisons nos tabous : il se passe beaucoup de choses très inter´ressentes aux États-Unis dans le monde de l’éducation. Une bonne manière de réfléchir sur nos pratiques de classe et se demander comment mettre en place de nouvelles façons d’enseigner.
Finalement ce site propose une page avec des conseils et des idées sur la gestion de la classe, les stratégies à mettre en oeuvre, la notation…

Pédagogie inversée : des résultats scolaires nettement supérieurs
Publié dans Infobourg, un site Web d’information québécois consacré à l’éducation, tout particulièrement à l’intégration des TIC dans le primaire et le secondaire, ce billet rapporte le succès de la pédagogie inversée dans un collège d’Alabama.

Enseigner avec un TNT
Ce blog propose différents billets sur la pédagogie inversée, notamment sur les défis pédagogiques : que faire du temps de classe si la théorie est renvoyée à la maison ?

Pour en savoir plus sur la Khan Academy
Le site de la Khan Academy
Reportage sur CBSNews
60_minutes_-Khan-Academy

À lire aussi :
Le blog Carnet d’univers social qui contient un billet sur le sujet.
Témoignages d’étudiants
À la French American International School, des étudiants témoignent (en anglais) de leur intérêt à étudier selon le principe de la pédagogie inversée.

Le billet Pédagogie inversée sur le blog Innovations Éducation. Son auteur nous rappelle l’historique de cette pédagogie et l’illustre avec des exemples précis de ce qu’il qualifie de « révolution scolaire » qui demande aux enseignants de changer leurs paradigmes de l’éducation des apprenants pour aller vers une pédagogie plus active et en réseau. Son auteur fait une réflexion intéressante sur l’évolution du profil des apprenants et l’importance d’adapter la classe aux nouvelles réalités. Finalement, il essaie de faire tomber quelques mythes sur la classe inversée que font courir les détracteurs de cette pédagogie qui s’inscrit dans la rupture avec le modèle traditionnel.

Témoignages de profs

TangoManFromQuebec
Sur son site, Steve Roy, un prof du secondaire fan de TIC, partage son expérience depuis qu’il a commencé à mettre en place la pédagogie inversée dans ces cours.

Une simple enseignante
À lire sur le blog d’Annick Arsenault Carter, les réflexions de cette « simple enseignante » comme elle s’auto-définit. Elle décrit sa réflexion sur la mise en place de la pédagogie inversée et ses doutes (http://annickcarter1.wordpress.com/2012/04/23/a-la-decouverte-de-la-pedagogie-inversee-le-pourquoi/). Vous pouvez aussi lire un court entretien publié sur Vousnousils l’e-mag de l’éducation.

Posted in Actualité du français, FLE et didactique, Techno-pédagogie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :