Le blog de Philippe Liria

Auteur, formateur, consultant et éditeur de français langue étrangère (FLE)

Posts Tagged ‘La révolution bilingue’

Bilinguisme, plurilinguisme… Un vaste chantier pour construire l’avenir

Posted by Philippe Liria sur 07/10/2018

De Dakar à Los Angeles, en passant par Buenos Aires, Madrid, New York ou Salt Lake City, le bilinguisme est « à la mode« , comme l’affirme dans une interview sur TV5Monde, Fabrice Jaumont, l’auteur de la Révolution bilingue. Et c’est vrai que depuis quelque temps, on n’entend parler que de ça dans le monde du français. Je l’évoquais déjà dans mon précédent post sur ce blog. Fin septembre, il en a été question lors de l’Univernage de Dakar où Christophe Chaillot de l’Institut français rappelait lors de l’ouverture de cette université régionale les politiques mises en place pour développer le bilinguisme et plus encore le plurilinguisme. Une nécessité dans l’espace africain où se côtoient des dizaines de langues, toutes avec des statuts différents, comme l’évoque le linguiste Louis-Jean Calvet dans le numéro de septembre du Français dans le Monde (nº419).

A l’Assemblée nationale aussi on en parle : le député des Français d’Amérique du Nord, Roland Lescure y a organisé ce 6 octobre le colloque Plurilinguisme, vecteur d’influence, d’attractivité et d’émancipation. Cet événement a permis d’aborder la question autour de deux tables rondes, l’une sur « Le bilinguisme, vecteur d’attractivité et d’émancipation » et l’autre sur comment « Développer l’enseignement français à l’étranger : vecteur d’influence pour la francophonie dans le monde ». Ce dernier thème faisant l’objet d’une commande de rapport de la part du premier ministre Edouard Philippe à la députée Samantha Cazebonne et qu’elle devra remettre en fin d’année.

Ce colloque s’inscrit donc dans la même ligne que la Conférence internationale pour la langue française et le plurilinguisme (Dossier de presse en ligne) qui s’était tenue à Paris l’hiver dernier et qui avait pour but de formuler des propositions innovantes moderniser l’image de la langue française. Il ne s’agit pas seulement de discours mais d’une réalité qui prend forme sur le terrain. On a vu en Espagne comment en quelques années, cet enseignement prend de l’ampleur et on est passé d’une dizaine d’établissements en Andalousie il y a à peine quelques années à environ 300 aujourd’hui, répartis sur l’ensemble du territoire, « ce qui représente près de 30 000 élèves. Les matières peuvent être très variées : de l’histoire-géographie à l’éducation physique en passant par les arts plastiques et les sciences naturelle », nous rappelle le site de l’Institut français d’Espagne. La semaine dernière, c’était un colloque sur l’immersion en français qui se tenait à l’USC et qui, sous la houlette des Services de la Coopération française, représentés par Karl Cogard, le Conseiller de Coopération Educative et Olivier Ngo, l’Attaché de Coopération pour le français (ACPF) sur le sud de la Californie, a réuni une cinquantaine d’enseignants des établissements bilingues de la région. Ces enseignantes (et quelques enseignants) d’établissements étaient venus pour échanger sur leurs pratiques et pour écouter des expériences d’autres Etats. C’était le cas de l’exemple de l’Utah qu’a présenté Anne Lair, la coordinatrice du programme d’immersion en français dans cet Etat de l’Ouest où les écoles bilingues sont de plus en plus nombreuses. Alors qu’il n’y en avait que 10 en 2012, on en dénombre actuellement 30 répartis sur sept districts, ce qui représentait plus de 4500 élèves pendant l’année scolaire 2017-18 (les chiffres de cette rentrée ne sont pas encore disponibles), soit plus qu’en Louisiane. De quoi satisfaire Jean Charconnet, l’ACPF en poste à San Francisco et  qui accompagne ce programme.

Cette volonté de développer l’enseignement bilingue est aussi une affaire canadienne comme nous l’a rapporté Lesley Doell, ancienne présidente de l’ACPI et toujours très active, à l’occasion des SEDIFRALE 2018 en juin dernier à Bogota. Elle y exposait les avantages du programme d’immersion, quelque 50 ans après son lancement. Elle a souligné les bénéfices qu’en dégagent les apprenants dont les résultats sont excellents mais elle a aussi abordé les défis rencontrés, notamment celui de trouver des enseignants bien formés pour garantir la qualité de la mise en oeuvre du programme. Et cette question que soulevait Lesley Doell, elle n’est pas propre au Canada. En effet, cet essor de l’enseignement bilingue, et on ne peut qu’espérer que ça continue, demande bien évidemment la mise en place d’une formation renforcée de ce nouveau profil de professeur que nous décrivait déjà Jean Duverger en 2011 dans un article publié dans le nº349 du Français dans le Monde et que j’invite vivement à (re)lire. Plusieurs formations sont déjà régulièrement proposées mais elles sont insuffisantes. De même, on sait qu’il y a un fort besoin de ressources pour animer les cours et faciliter l’apprentissage.

On le voit bien (et ce ne sont que quelques exemples) le chantier est vaste mais plein d’espoir à la fois pour que le bilinguisme (et pas seulement le français d’ailleurs, comme le fait remarque Fabrice Jaumont) et le plurilinguisme gagnent du terrain dans les établissements scolaires. Cela ne peut être que bon pour que les élèves soient mieux préparés, certes, mais surtout pour qu’ils connaissent mieux l’autre, qu’ils se connaissent mieux pour collaborer dans la construction d’un avenir sans mur.

 

Pour en savoir plus :

Enseignement bilingue – L’enseignement d’une discipline scientifique en section bilingue (référence biblio-/sitographiques proposées en fév. 2011 par Bernadette Plumelle)

Une ambition pour la langue française et le plurilinguisme, dossier de presse (20 mars 2018) suite à la Conférence internationale pour la langue française et le plurilinguisme https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/une_ambition_pour_la_langue_francaise_et_le_plurilinguisme_cle816221.pdf 

http://frenchlanguage.frenchculture.org/sites/default/files/dlp_brochure_2017-lr.pdf

Publicités

Posted in Actualité du français, Le monde des langues | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bilinguisme (et même plurilinguisme) contre ces murs qui se dressent

Posted by Philippe Liria sur 23/09/2018

Table ronde sur l’enseignement bilingue francophone (Universités de Francophonia, Nice juillet 2018)

L’automne vient d’arriver dans l’hémisphère nord. Mais en Europe, c’est une impression d’hiver en avance qui semble s’installer, un hiver aux relents des années 30 qui refont surface depuis le fin-fond des égouts pestiférés de l’Histoire. Celles/ceux qui vivons au quotidien l’Europe dans sa diversité à tout point de vue avons bien du mal à comprendre ce qui se passe en ce moment. Comme si cette mosaïque plurilingue et pluriculturelle était sur le point d’éclater en morceaux alors que nous croyions que plus rien ne pourrait la briser.

Dans ce contexte fort sombre, il est des initiatives qui, à mon avis, ne peuvent que contribuer à renforcer le rêve de construire une véritable Europe citoyenne -il existe encore-. C’est certainement le cas de l’enseignement bilingue. Qui peut douter de la nécessité universelle du bilinguisme dans ce monde global ? Il est bel et bien révolu le temps où le bilingue était perçu comme une personne perfide ou hypocrite – c’est ainsi que le dictionnaire illustré latin-français de Gaffiot parlait du bilinguis -. Dans ce monde qui semble assis sur une poudrière, le bilinguisme, et mieux encore le plurilinguisme sont une nécessité. Voilà certainement comment nous contribuerons à dépasser les préjudices et la méfiance voire le rejet de l’autre.

L’enseignement bilingue, en l’occurrence francophone, recouvre bien entendu plusieurs réalité. Nous ne parlons pas nécessairement de la même chose, pour ne citer que quelques exemples, au Canada, où est question de l’immersion en français ; en Espagne, où il y a presque 300 collèges bilingues dans le secteur public ; ou au Ghana, où le français devient, en ce mois de septembre, langue d’enseignement de certaines matières dès le primaire. Les enjeux d’apprentissage mais aussi politiques ou culturels ont bien évidemment une influence sur la réalité qu’il y a derrière cet enseignement bilingue. Et c’est ce dont il a été d’ailleurs question lors d’une fort intéressante table ronde qui s’est tenue à Nice en cette fin juillet. Proposée par les Universités de Francophonia et animée par Ivan Kabakoff, elle a permis la présentation de la situation canadienne grâce à l’intervention de Marc-Albert Paquette, président de l’ACPI. Nous avons pu voir que le bilinguisme, qui prend le nom de français en immersion, se decline en trois formes : précoce, (à partir des 4/5 ans), moyenne (dès l’âge de 9/10 ans) et tardive (à partir de 12/13 ans). Quant à Fabrice Jaumont, auteur de La révolution bilingue. Le futur de l’éducation s’écrit en deux langues (TBR Books, 2017), il a parlé de la situation aux USA et plus particulièrement à New York. Partant de sa propre expérience dans la création d’une filière bilingue à Brooklyn, il a mis en avant le rôle que jouent les parents dans cette démarche. Ce n’est pas le seul cas de bilinguisme aux Etats-Unis et on peut aussi applaudir l’initiative de l’Utah qui a favorisé l’ouverture de classes bilingues. Cet Etat américain compte aujourd’hui plus de 4500 écoliers et collégiens et 92 professeurs concernés dans plus de 30 écoles. C’est même plus qu’en Louisiane ! me rappelaient encore récemment les responsables des programmes de français en Utah. L’éducation bilingue a même son salon aux Etats-Unis : la Bilingual Fair dont l’édition 2018 se tiendra à New York le 3 novembre et à San Francisco le 17 novembre. L’évènement contera d’ailleurs sur la présence de Fabrice Jaumont qui y présentera son ouvrage.

Plus globalement, l’enseignement bilingue francophone est en pleine croissante dans le monde. Dans une enquête réalisée par le CIEP en 2016, on signalait qu’il y avait environ 1,7 million élèves dans des sections bilingues de plus de 48 pays. Le CIEP anime d’ailleurs un site, Le fil du bilingue, entièrement consacré à la question.

On sait bien sûr que la polémique existe autour de soi-disants risques pour les enfants en situation de bilinguisme. M.-A. Paquette a rappelé à ce sujet que la recherche a montré que les enfants connaissent des taux de réussite au moins similaires voire supérieurs à ceux qui ne suivent pas de cursus bilingue. Un argument de poids pour convaincre les sceptiques ! 

Cet optimisme ne doit pas cacher les obstacles que rencontre l’implantation d’un enseignement bilingue sur le plan des moyens à mettre en oeuvre pour en garantir l’efficacité. Il faut y mettre de l’argent pour que l’offre soit ouverte à toutes et tous (l’enseignement bilingue ne doit pas être la panacée des établissements ayant les moyens ou se trouvant plutôt en zone urbaine), que les professeurs reçoivent la formation adéquate pour être compétents dans l’enseignement des disciplines non linguistiques (DNL) et que l’on puisse investir dans le développement multi-support de ressources pédagogiques qui vont accompagner apprenants et enseignants dans cette tâche.

Alors que le Brexit est sur le point de devenir une réalité et que l’Europe des populismes semblent vouloir faire son retour avec son lot d’intolérance envers l’autre, il est encore plus indispensable de renforcer la formation de citoyens plurilingues dans l’espoir que cela évitera la construction de nouveaux murs, que ce soit au sein de l’UE ou à ses portes.

 

Pour en savoir plus

Universités de Francophonia : https://www.universitesdefrancophonia.com

Le site de Fabrice Jaumont : https://fabricejaumont.net

Le fil du bilingue (le site de référence du CIEP pour cette question) : http://www.lefildubilingue.org

Bilinguisme et enseignement bilingue (CIEP, 2010) : http://www.ciep.fr/sites/default/files/migration/bibliographie/Enseignement_bilingue_0.pdf (un document qui date un peu mais qui fournit d’intéressantes références sur la question)

L’avantage bilingue : http://thebilingualadvantage.com/a-propos/ Site de Jessica Blin, enseignante bilingue, sur le bilinguisme avec notamment des informations sur les établissements bilingues en Australie.

L’enseignement bilingue francophone dans le monde (Institut français, 2016) : http://www.institutfrancais.com/sites/default/files/enquete-enseignement-bilingue-web.pdf

Les collèges bilingues publics espagnols (proposant le français) : http://www.tuscolegiosbilingues.es/colegios/frances/centro-publico/pag1

Résultats des statistiques des évaluations en Catalogne : http://csda.gencat.cat/web/.content/home/consell_superior_d_avalua/pdf_i_altres/static_file/Indicadors-2n-trimestre-2017.pdf

Formation à Accra pour les enseignants des futures écoles publiques bilingues (12/06/18) : http://lefildubilingue.org/formations/formation-à-accra-pour-les-enseignants-des-futures-écoles-publiques-bilingues

Association Canadienne des Professionnels de l’Immersion (ACPI) : www.acpi.ca

Posted in Actualité du français, Le monde des langues | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :