Le blog de Philippe Liria

Auteur, formateur, consultant et éditeur de français langue étrangère (FLE)

Posts Tagged ‘L’élément’

Vous avez dit « création » ?

Posted by Philippe Liria sur 26/09/2015

Voilà déjà quelque temps que je suis L’espace à Zecool, un blog animé par Jacques Cool, un « technopédagogue par choix » comme il se définit lui-même. Il mène une veille permanente (et passionnée) sur tout ce qui se passe autour de la pédagogie et du numérique (suivez-le sur Twitter : @zecool).
Pris par la rentrée, je n’avais pas encore eu le temps de lire ses derniers articles et je voulais surtout vous en recommander un qu’il a consacré à la nécessité d’associer la création et l’innovation à l’apprentissage (Rentrée scolaire 2015 : Perspectives nouvelles, anciennes, entremêlées…). Une réflexion indispensable (je vous renvoie à cet article sur L’élément de Ken Robinson) en cette période de bonnes intentions pour une partie d’entre nous qui reprenons le chemin de l’école pour que cette année soit différente et que nous ne tombions pas dans la routine ou dans cette « mécanique » dont nous parle Jacques Cool. Mais faire changer les choses n’est pas simple, on le sait ! Il suffit de voir la bousculade qu’il décrit dans un magasin de fournitures scolaires pour comprendre que les outils des élèves ressemblent plus à ceux que nos parents nous achetaient quand nous allions à l’école qu’à ceux qui les aideraient à mieux préparer l’avenir. Cela ne veut pas dire qu’il faille se laisser engloutir par le « tout-technologique » ou le « tout-numérique » mais nous n’avons pas le droit non plus de l’ignorer. L’école, dans un sens large qui englobe tous les lieux d’apprentissage, doit savoir s’adapter à l’environnement et ne peut détourner le regard face au changement de ce monde. Le smartphone n’est pas un gadget et la tablette n’est pas un caprice ! Rendons-les plus accessibles mais n’en limitons pas l’usage sous prétexte que tout le monde n’en a pas. Au contraire d’ailleurs, ces outils peuvent contribuer (et doivent le faire) à une meilleure diffusion des connaissances et par voie de conséquence à plus d’égalité, à condition d’apprendre à en gérer les contenus – d’où la nécessité aussi d’avoir des enseignants compétents pour en enseigner les virtues et les défauts.
Cela implique que nous ne fassions plus les choses comme avant, que nous ne reprenions pas les cours de l’année dernière qui ressemblaient comme deux gouttes à ceux de la précédente et que nous sachions donc intégrer non seulement des outils « nouveaux » (tablettes, smartphones) mais aussi et surtout des pédagogies nouvelles. Et Jacques Cool de citer une excellente illustration de Sylvia Duckworth qui synthétise à merveille quelques idées simples et novatrices à la fois pour que la classe soit différente. Il s’agit de 15 choses qu’un professeur devrait essayer dans sa classe (créer un site Internet, créer un portfolio numérique, créer un compte Twitter et permettre des connections internationales, utilser Google forms, etc.). Rien ne garantit que ça marche mais il faut essayer. Et si ça prend, cela peut vraiment créer une nouvelle dynamique de classe. L’autre jour par exemple, lors d’une formation que j’animais dans une université d’Aguascalientes (Mexique), de jeunes enseignantes de FLE ont décrit comment elles avaient introduit dans leurs cours le principe de la classe inversée. Un vrai succès d’après ce qu’elles en disaient qui leur permet de consacrer plus de temps à la réalisation de projets en classe. Or, l’organisation de projets – qui sont pourtant le juste reflet de la réalité (coopération/collaboration avec l’autre, prise d’initiative, créativité/originalité, etc.) – passe souvent à la trappe par manque de temps car il faut préparer les famauses évaluations. Comme si le succès dans la réalisation d’un projet n’était pas en soi la meilleure évaluation ! Mais c’est un autre débat…

Origen: Rentrée scolaire 2015 : Perspectives nouvelles, anciennes, entremêlées…

Publicités

Posted in En vrac | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Vous avez dit « création » ?

L’élément de Robinson en un simple coup d’oeil

Posted by Philippe Liria sur 22/08/2014

Robinson Format 30Je vous ai beaucoup parlé de Ken Robinson et de ses travaux. Il y a quelques mois, je vous avais présenté sur ce blog L’élément dans sa version française (cf. article), un ouvrage indispensable pour mieux comprendre la réflexion autour d’apprentissage et créativité. Hier, c’est une amie (Merci !) qui m’a signalé un résumé de ce livre sous forme de mindmap que vous pouvez retrouver sur Format 3.0, le blog de Marco Bertolini, consacré, entre autres, à la pensée visuelle, mais aussi à la formation et l’éducation et d’une façon plus générale à l’emploi des technologies dans l’enseignement.

Au-delà de ce que dit ou écrit Ken Robinson, il est temps que dans l’enseignement du FLE, nous approfondissions nos réflexions sur les implications de la créativité dans l’apprentissage, que nous interrogions nos pratiques de classe, le matériel que nous élaborons, les programmes que nous concevons et voir ce que nous pouvons faire pour améliorer la place faite au « comment apprennent mes élèves » plutôt que nous centrer sur le « comment j’enseigne ». Il parait que c’est un point de vue très anglo-saxon, comme le signale Emmanuel Davidenkoff dans un entretien sur Médiapart, mais si cela contribue à l’obtention de meilleurs résultats, pourquoi ne pas le prendre en compte ?
Évidemment, cette réflexion nous obligera à revoir une grande partie de nos croyances autour de ce qu’il faut enseigner et pour les apprenants, ce qu’ils doivent apprendre. Pas simple, pour personne ! Car l’on sait que les réticences ne viennent pas que du corps enseignant. Elles viennent aussi des apprenants, s’ils sont adultes, et dans les cas des plus jeunes, souvent de leurs parents qui continuent à associer l’apprentissage de la langue à une accumulation des connaissances, notamment grammaticales. Et aussi des institutions qui pour mille et une raisons préfèrent rester conservatrices plutôt que d’oser de nouvelles pratiques de classe et bien entendu d’évaluation, car si celle-ci n’évolue pas, rien ne servira de changer. A ce sujet, les apports de l’approche actionnelle, de la pédagogie différenciée ou de la classe inversée pourraient ouvrir de nouvelles perspectives à condition de prendre le temps de les mettre en place, de les tester, de les corriger… Pas simple dans ce monde du FLE si précaire !

Posted in Billet d'humeur, FLE et didactique | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’élément… Le livre de Ken Robinson est enfin disponible en français !

Posted by Philippe Liria sur 05/10/2013

L'élémentChanger nos habitudes d’enseignement/apprentissage pour mettre fin à un système éducatif trop conformiste ; un système qui met à l’écart celles et ceux qui n’entreraient pas dans le moule, c’est l’idée que veut faire passer le spécialiste en éducation, Ken Robinson dans son ouvrage qui vient (enfin) de sortir en français, L’élément.
Vous me direz que ce discours n’est franchement pas nouveau et que ça fait déjà quelque temps qu’on essaie de trouver autre chose (que ce soit l’imagination ou la créativité) sous les pavés pour que la société change vraiment. C’est vrai. C’est vrai aussi que si nous voulons que ce changement se produise nous ne pouvons continuer à proposer au XXIe siècle un modèle éducatif basé sur les valeurs des XVIIIe et XIXe siècles. Et pourtant…
Il faut que l’école change pour favoriser une approche personnalisée de l’apprentissage. Cette centration sur l’apprenant ne doit pas non plus entrer en contradiction avec la mise en place d’une pédagogie collaborative. Au contraire, elle doit contribuer à une meilleure expression des compétences de chacun au profit de l’ensemble de la société.Capture d’écran 2013-10-05 à 20.55.26
Afin d’y parvenir, nous devons aussi admettre qu’il n’y pas une façon d’apprendre mais plusieurs car il n’y a pas une mais des intelligences. Or nos systèmes éducatifs et plus généralement sociétaux tendent en n’en privilégier qu’un seul : celui de la connaissance et des savoirs, délaissant trop souvent tout ce qui favorise la créativité de l’individu. Alors que si nous observons le monde de la science, de l’art, de l’entreprise… par exemple, nous pouvons aisément nous rendre compte que ce sont souvent celles et ceux qui n’ont pas suivi la route toute tracée mais plutôt les chemins de traverse qui ont finalement permis à l’humanité de faire un grand pas en avant.
Au-delà des connaissances donc, nécessaires et auxquelles personne ne renonce, il faut aussi prendre en compte d’autres compétences et en favoriser l’expression dès le plus jeune âge et tout au long non plus de la scolarité, moment délimité, mais de toute la vie.
Et l’école dans tout ça ? L’école a bien entendu un rôle fondamental mais certainement différent de l’actuel, comme l’enseignant d’aujourd’hui ne peut plus enseigner comme il y a encore quelques années.

Ce changement, indispensable, doit…
– favoriser l’approche créative (non pas dans son sens artistique mais plutôt dans le sens d’ouverture, ouverture sur le monde, curiosité permanente, esprit d’initiative qui autorise l’erreur, les aller-retour, les hésitations…) ;
– s’appuyer sur le numérique (support et contenus) ;
– permettre la mise en place d’un enseignement différencié (on en parle beaucoup mais on en est où ? Et pas seulement au niveau de l’évaluation d’ailleurs)

L'élémentMais il ne pourra avoir lieu que si, et seulement si, l’on mise sur la formation des enseignants. Condition sine qua non pour prévenir l’échec. J’en parle souvent dans mes billets quand je fais référence à la situation difficile, voire la précarité dans laquelle sont les professeurs de FLE, bien conscient qu’ils ne sont pas les seuls, loin de là, dans le monde de l’enseignement à se retrouver victime des coupures budgétaires et d’un modèle de société qui n’a pas encore l’air d’avoir compris que ce n’est pas la meilleure façon d’aller de l’avant. Comme si nos gouvernants ne voulaient pas admettre que c’est pourtant en investissant dans l’éducation que la société sera plus efficace et plus juste.
Ces idées et bien d’autres, ce sont celles justement que vous retrouverez dans le discours de Ken Robinson enfin disponible en français. Il était temps ! Son ouvrage vient de sortir aux éditions PlayBac. En anglais, il est sorti en 2009 ! Que de temps pour lire en français une réflexion particulièrement intéressante sur l’éducation. Merci PlayBac ! Nous attendrons maintenant, impatients, Finding the élément la suite, déjà sortie en anglais il y a quelques mois et qui cherche à répondre aux questions que se sont justement posées les lecteurs de L’élément.
Si vous ne connaissez pas Ken Robinson, ce Britannique, spécialiste de l’éducation (Comme c’est difficile parfois en France de lire ou d’écouter des experts venus d’ailleurs !), vous pouvez aussi l’écouter défendre une éducation qui doit savoir s’adapter aux besoins des apprenants plutôt que de chercher à les formater. Ces interventions aux conférences TED sont particulièrement appréciées et je vous recommande vivement de les écouter. D’autant que Ken Robinson ne manque ni de talent ni d’humour pour nous transmettre sa vision d’une société qui saurait prendre en compte « l’élément » de chacun pour mieux avancer et ainsi faire en sorte que la société avance.

Pour en savoir plus sur L’élément
Le site
Bande annonce
Question d’éducation (chronique de Emmanuel Davidenkoff sur Franceinfo) à l’occasion de la sortie de L’élément : http://www.franceinfo.fr/education-jeunesse/question-d-education/l-ecole-revee-de-ken-robinson-1163555-2013-10-03
Education : la révolution numérique en marche, article d’E. Davidenkoff dans L’express du 2 octobre 2013

Et pour ceux qui voudraient le lire en VO… :
The Element: How Finding Your Passion Changes Everything (K. Robinson / L. Aronica), Viking, 2009.

La suite de L’élément :

Finding your element, (article contenant des extraits du livre) publié dans The Huffington Post à l’occasion de la sortie de l’ouvrage (en anglais)

Pour en savoir plus sur Ken Robinson :
Son site (en anglais) : http://sirkenrobinson.com/
Son site (en français) : http://www.kenrobinson.fr/
Le Facebook de Ken Robinson (en français)

La creatividad se aprende igual que se aprende a leer, entretien de La contra, publié le 3/11/10 dans La Vanguardia (en espagnol)

Quelques vidéos…
Do schools kill creativity, conférence à la TED (en anglais)
Changing Education – From the ground up, conférence à la RSA (en anglais)
How to escape education’s death valley, conférence à la TED (en anglais)

Posted in Billet d'humeur, FLE et didactique | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :