Le blog de Philippe Liria

Auteur, formateur, consultant et éditeur de français langue étrangère (FLE)

Posts Tagged ‘LOMCE’

Parler français, un plus !

Posted by Philippe Liria sur 09/06/2013

parler français, un plus !L’Espagne est en crise. Inutile de le rappeler, tout le monde le sait sauf quelques banquiers bien lotis et leurs complices qui siègent dans un parlement, qu’il soit central ou d’une autonomie, peu importe. Bref, crise oblige, « priorité à la formation ! » devrait être le slogan de tous. Mais ce n’est hélas pas celui choisi par le ministre espagnol de l’Éducation, M. Wert. Au contraire ! Et parmi les grandes décisions de ce sinistre personnage dont l’histoire ne retiendra certainement pas la vision d’avenir de sa politique, il y a la mise à mort de la deuxième langue vivante au collège.
Déjà que les élèves de la ESO ne sont que très peu motivés par l’apprentissage d’une deuxième langue – il faut dire que la qualité des programmes de la LV1 ne les motive guère à en connaître une deuxième -, voilà que la LOMCE (j’en avais déjà parlé en octobre) va même permettre aux établissements scolaires de ne même plus proposer une LV2. Quelle belle vision des besoins de ce monde globale en construction, bravo Wert !!!
Heureusement, les professeurs de français se mobilisent, comme dans la région de Murcie, où l’enseignement de notre langue est encore très présent (v. article). Pas facile dans ce contexte d’austérité, de coupure et de grande ineptie des gouvernants d’espérer aboutir à quelque chose mais qui ne tente rien n’a rien ! Et tous les moyens sont bons comme s’appuyer sur les réseaux sociaux pour faire passer le message. C’est ce qu’a fait la Federación española de los profesores de francés (www.feapf.es) en produisant un petit clip où l’on voit un jeune qui obtient un emploi parce qu’il parle français, en plus de savoir faire des tas d’autres choses !
Wert saura-t-il enlever les ornières d’une politique éducative qui mène les jeunes de ce pays droit contre le mur ? Même si j’applaudis les initiatives de la FEAPF, je crains hélas que ce ministre est bien trop fier – pour ne pas employer un terme plus insultant – et que rien ne le fera changer de cap !

Posted in Actualité du français, Billet d'humeur | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Ecoles Officielles de Langues… Une vidéo pour qu’elles ne meurent pas !

Posted by Philippe Liria sur 05/01/2013

Vidéo pour la défense de l'enseignement public des langues vivantes

Vidéo pour la défense de l’enseignement public des langues vivantes

L’éducation devrait être une priorité et, dans un monde de plus en plus global, la question de la place de l’enseignement des langues ne devrait même pas se poser. C’est une évidence. En Espagne, les Escuelas Oficiales de Idiomas (Écoles officielles de langues, EOI) sont à ce titre une petite merveille pour qu’apprendre une langue ne soit pas simplement une matière qu’on suit au collège ou au lycée ou un privilège réservé à quelques-uns arrivés à l’âge adulte.
Pourtant, dans ce pays plongé dans un marasme économique dont on ne voit pas la fin, l’enseignement, et bien entendu celui des langues n’est pas une exception, est victime de coupures budgétaires honteuses dont les conséquences sur la société sont particulièrement néfastes. Puisque le domaine que je connais un peu plus que les autres est celui des langues, je vais m’en tenir à dénoncer la menace qui pèse sur les EOI mais nous pourrions faire la même chose dans toutes les matières et tous les domaines de l’enseignement.
Pour ceux qui ne connaitraient pas ce réseau d’écoles publiques, je dois dire qu’il est certainement unique au monde et permet à un coût très modique (environ 200 euros pour 130 heures annuelles) d’apprendre une LV. Il s’agit d’un modèle ouvert aux grands adolescents et surtout aux adultes. La qualité d’enseignement y est excellente, ce qui compense l’énorme déficit du secondaire – non pas à cause des enseignants mais bien du manque d’une politique cohérente qui permettrait d’apprendre réellement une langue au collège.
Les EOI sont donc la voie choisie par une grande partie des citoyens qui ne peuvent pas s’offrir des cours privés mais qui sont soucieux d’apprendre une LV ou d’en approfondir les compétences. Bref, un système centenaire – puisque la première EOI remonte à 1911 -, unique et surtout efficace pour apprendre une LV et apprendre à s’en servir. J’ai toujours été impressionné du niveau d’interaction d’amis ayant appris le français en EOI sans pour autant avoir été dans un pays francophone.
Malgré le succès de ces écoles, la qualité indéniable des cours qu’elles proposent, l’excellente formation des professeurs qui y travaillent, sans oublier la réelle motivation des apprenants, elles sont menacées par les politiques irresponsables de nos gouvernants. On investit dans des aéroports géants sans avion, des gares de luxe et des voies ferrées pour TGV fantômes ; on part à la rescousse des banques et on offre des parachutes dorés aux conseillers et banquiers qui ont su si bien couler la boite qu’ils dirigeaient ! Une escroquerie !Des sous, on en trouve mais ils ne sont ni pour la recherche ni pour l’éducation. Les écoles publiques pâtissent ainsi les conséquences de ces irresponsables qui peuvent chanter en choeur avec Souchon, la boîte a coulé / mais pouce / on va se la couler douce / la pillule on va se la dorer / j’ai le parachute, chut, doré.
Et parmi les premières à être vouées à l’autel des sacrifices, les EOI. À grands coups de ciseaux, on coupe les langues. Quelle contradiction alors que l’on sait que les langues sont indispensables sur un CV. Certains me diront que ce n’est pas vrai, qu’on ne ferme pas d’écoles. Peut-être (et encore je n’en suis pas si sûr) mais qu’on ne me dise pas que cela ne revient pas à une mise à mort si on supprime des postes, si on ne remplace pas les places vacantes, si on refuse des élèves pour éviter de créer de nouveaux postes, si on demande aux enseignants d’être aussi employés administratifs au détriment, bien sûr, du temps consacré à la préparation des cours ou à leur formation ou si on leur demande de partir enseigner en collège aujourd’hui une LV, demain des maths et après-demain l’EPS… Un scandale ! Peu surprenant par les temps qui courent où on a l’impression que le pays avance à reculons à pas de géant.
Bien sûr me dira-t-on aussi, il reste toujours la possibilité d’apprendre une LV dans une des nombreuses academias – écoles de langues privées – ou dans un établissement officiel des réseaux dont disposent certains pays (Alliances françaises, Instituts français, Istituto Dante, Goethe Institut, Bristish Council, École Confucius…). C’est exact et les cours, notamment ceux de ces réseaux, sont excellents mais les EOI ont une fonction sociale : grâce à faible coût, elles permettent aux plus modestes d’avoir accès à une formation de qualité en langue et d’obtenir une certification officielle. Ce qui n’est pas rien dans un pays avec 25% de chômage !
C’est pour protester contre cette mise en mort que les professeurs des EOI se mobilisent. L’autre jour, j’ai reçu le lien de la vidéo qu’ont réalisée les élèves des EOI de San Fernando et de Cadix, dans le sud de l’Andalousie. Une belle façon de rappeler que les EOI ne doivent pas mourir, qu’elles sont un service public nécessaire pour une formation citoyenne ouverte sur le monde d’aujourd’hui qui ne peut vivre sans la connaissance de plusieurs langues vivantes.

Pour en savoir plus sur les Escuelas Oficiales de Idiomas.
Article Wikipédia (en espagnol, il n’y en a pas en français et le texte en anglais est très pauvre).
Site officiel des Escuelas oficiales de Idiomas.
Pour visionner la vidéo des Escuelas Oficiales de Idiomas de San Fernando et Cadix.
Texte de la pétition pour l’enseignement public des langues (en espagnol)

Sur la situation du français en Espagne :
Espagne : le français est victime des coups de ciseaux et de la LOMCE ! (article que j’ai publié sur mon blog en octobre dernier)

Et pour ceux qui ne connaissent pas la chanson d’Alain Souchon :
Les paroles.
Le clip officiel.

Posted in Actualité du français, Le monde des langues | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Espagne : le français est victime des coups de ciseaux et de la LOMCE !

Posted by Philippe Liria sur 07/10/2012

Je rentre tout juste de Madrid où j’ai assisté aux Journées du français qu’organisait l’Institut Français de Madrid. Deux jours riches en conférences et ateliers en tout genre pour que les enseignants repartent dans leurs cours avec des idées plein la tête pour motiver encore plus leurs élèves.
Cependant, ce qui a retenu le plus mon attention, c’est la teneur du débat de la table ronde que moderait M. Pascal Sanchez, l’Attaché de Coopération éducative et linguistique de l’Ambassade de France. Je ne sais pas si les organisateurs de ces journées ont filmé le débat. Ce serait pourtant bien que l’ensemble des enseignants non seulement de français mais aussi des autres langues qui font partie du groupe des Segunda lengua voient et surtout écoutent les présidents de différentes associations de professeurs de français faire le point sur la place de cette deuxième langue dans leur Communauté respective : c’est tout simplement la catastrophe ! Mon ami Julián Serrano, le président de la Federación Española de Asociaciones de Profesores de Francés a raison d’en appeler à la mobilisation si on ne veut pas que les différentes coupures budgétaires et l’avant-projet de loi de réforme de l’Education (20120925-anteproyecto-LOMCE) que concocte M. Wert, le ministre de l’Education espagnol, ne mettent définitivement fin à l’enseignement du français dans les collèges et lycées. J’exagère ? Mais vous savez, si laisser le français au collège signifie le faire enseigner par le prof d’histoire ou d’EPS autant dire que c’est comme ne pas l’enseigner. Les cas se multiplient où on demande à l’enseignant de se mettre à enseigner le français parce que dans sa jeunesse, il l’a étudié !! L’Espagne prétend-elle s’en sortir en limitant l’accès des élèves à une deuxième langue vivante ? Pense-t-elle que la population déjà plongée dans une crise sans précédent va pouvoir payer à ses enfants les écoles privées où ministres et députés y envoient les leurs ? Tout le monde le sait, l’avenir appartient à celles et ceux qui dans les compétences qu’ils auront acquises pendant leur scolarité, se trouveront les langues vivantes… Au moins une de plus à part l’anglais et si possible une autre encore. Et que ce ne soit pas une option mais bel et bien une matière à part entière ! Mais ce qui se passe en Espagne, c’est justement le contraire : on préfère payer les indemnités à ces banquiers qui ont ruiné le pays et ses citoyens que de donner priorité à l’éducation, dont l’apprentissage des langues – et dans les langues – est fondamental pour assurer l’avenir et ainsi commencer à faire reculer le chômage des jeunes (presque 45% des moins de 25 ans !). Alors on supprime des postes de professeurs de langue vivante, on ferme des écoles de langues – un modèle unique en Europe et dont l’Espagne pouvait être fière -… Et tout ça, avec la complicité de l’Europe qui veille à ce que les réformes du gouvernement de Rajoy permette de payer la dette, peu importe sur pour cela on mette sur l’autel la tête des jeunes espagnols !
Je ne veux pas être défaitiste mais je crains que le couperet ne soit prêt et bien affilé, à moins peut-être qu’on finisse vraiment par délier non seulement nos langues mais aussi nos poings et que ces ciseaux ne se retournent contre ceux qui les manient depuis maintenant trop longtemps !

Lien utile :
Federación Española de las Asociaciones de Profesores de Francés (à partir de ce lien, vous pourrez trouver les coordonnées de l’association de professeurs de français la plus proche de votre lieu de travail. Et s’il n’y en a pas ou que vous ne la trouvez pas assez dynamique, eh bien, plutôt que de baisser les bras, devenez un membre actif !)

À lire en lien avec le sujet :
Ecoles Officielles de Langues… Une vidéo pour qu’elles ne meurent pas ! (article que j’ai publié le 5/01/2013)

Posted in Billet d'humeur | Tagué: , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :