Le blog de Philippe Liria

Auteur, formateur, consultant et éditeur de français langue étrangère (FLE)

Posts Tagged ‘orthographe’

L’importance de l’orthographe sur le Net…

Posted by Philippe Liria sur 02/01/2012

Un article publié dans El País me pousse à écrire ces quelques lignes de réflexion sur l’importance de l’orthographe sur le Net. On le sait, l’orthographe est une des principales victimes de cette société qui vit à cent à l’heure, où nous devons réagir au quart de tour sans avoir le temps souvent de relire ce que nous écrivons (d’ailleurs aurai-je le temps de le faire avant de poster ce texte ?). Alors le doigt dérape et c’est une lettre à la place de l’autre qui apparaît sur l’écran… Sommes-nous plus mauvais qu’avant en orthographe ? Pas forcément mais l’écran réduit des smartphones, les claviers aux lettres minuscules ou tout simplement l’urgence de l’écriture font que l’orthographe en pâtit. Or, il serait faux de croire que l’orthographe ne compte plus au contraire, dans une société où domine la communication écrite – n’oublions qu’Internet et tous les supports qui l’accompagnent incitent à écrire -, la qualité de notre orthographe demeure – et je dirais même est redevenue – un critère de sélection d’embauche ou de qualité d’un produit. Comme l’affirme un chef d’entreprise britannique qui a réalisé une étude montrant qu’une entreprise pouvait perdre jusqu’à 50% de ses ventes à cause d’une mauvaise orthographe sur son site.
Indépendamment du contenu d’un texte, quel qu’il soit, on en appréciera d’autant plus la lecture qu’il sera écrit dans une langue claire et sans fautes d’orthographe.
Faut-il cependant toujours écrire de la même façon sur le Net ? Angoissé car nous ne savons plus si tel ou tel mot prend un ou deux f (obsession très française) ? Certainement pas ! Nous devrons être en revanche conscients du contexte dans lequel nous produisons notre production écrite. Rien de nouveau, mais il est toujours bon de le rappeler, comme je le fais aussi dans mes ateliers par rapport aux textos. Et j’ouvre ici une parenthèse : nous ne pouvons pas demander à nos apprenants d’écrire des textos si nous ne leur enseignons pas le langage texto ! Et nous ne pouvons pas non plus leur faire croire qu’ils en écrivent si nous attendons de leur part des écrits dans une orthographe similaire à celle de l’article d’opinion. Fermée la parenthèse, je reviens à mon orthographe sur le Net mais finalement, en arrive à la même conclusion : ce qui doit guider la qualité du texte est bel et bien le contexte dans lequel celui s’inscrit. Dois-je écrire de la même façon sur Facebook que dans un e-mail à un ami ou si je m’exprime sur ce blog ?
De plus, il serait erroné de penser que les supports du Net incitent à mal orthographier ou à mal s’exprimer… Toujours le même article un peu plus loin, fait remarquer que la restriction à 140 caractères de Twitter oblige à soigner son expression, à chercher le mot juste, comme le signale Darío Villanueva, secrétaire de la Real Academia Española (RAE).
Ce qui est vrai, c’est que ces nouveaux supports nous poussent à appliquer de nouvelles « règles » qui pourront avec le temps finir par être admises par les tenants d’une certaine « pureté » orthographique. Bref, rien de nouveau sous le soleil, on le fait depuis que l’imprimerie existe et même avant (certaines de nos abbréviations issues du latin en sont la preuve).
Inutile donc de chercher à accuser à Internet de notre mauvaise orthographe quand nous nous exprimons sur l’un de ses supports mais au contraire, apprenons à adapter notre expression – et donc notre orthographe – au contexte dans lequel elle se produit. Au bout du compte, comme l’écrit Gabriel García Márquez, « la première chose pour bien écrire sur Internet, c’est de bien écrire. »

Ce texte est inspiré de l’article Internet saca lo mejor del idioma, de Pablo Linde et publié dans le quotidien espagnol El País, le 1 janvier 2012.

À consulter
Groupe québécois pour la modernisation du français
Le GQMNF a pour objectif de diffuser au sein de la population les changements dans la norme du français approuvés par des instances francophones compétentes.

La tête dans le web
Bienvenue sur l’espace web des étudiants en Master Gestion Editoriale Communication Internet !

Espace sur les actualités qui ont retenu l’attention des étudiants en MGECI et les comptes rendus des conférences auxquelles ils ont participé. à retenir surtout le Béotien, el robot correcteur orthographique sur Twitter.

Et une petite curiosité…
On se demande tout le temps pourquoi les Français sont si pointilleux sur l’orthographe… Eh bien c’est Martial Bourquin qui nous la donne, visionnez la scène.

Publicités

Posted in Actualité du français, Le monde des langues, Techno-pédagogie | Tagué: , , | 2 Comments »

À bas l’orthographe ! Vive la syntaxe !

Posted by Philippe Liria sur 18/07/2010

Réunis à Zacatecas, des auteurs en langue espagnole d’horizons divers sont revenus sur la proposition il y a 13 ans déjà de García Márquez de réformer l’orthographe en supprimant des h ou en unifiant les usages du b et du v, qui en espagnol contemporain ont la même prononciation. Il en est de même pour le c et le s, comme le rappelle l’article d’El País. Mais si l’orthographe est mouvante, ce n’est pas le cas de la syntaxe. Ni en espagnol ni en français. Pourtant, alors qu’en espagnol, on peut assez facilement jouer avec l’orthographe, la syntaxe reste la syntaxe car, comme le dit l’écrivain Javier Cercas, « sans la syntaxe, il n’y a pas de sens« . Or, la question que nous devrions nous poser quand nous enseignons la langue, c’est bien celle qui porte sur le sens plus que sur la forme, notamment la forme des mots en français. On entend les enseignants lever le cri au ciel quand la sacro-sainte orthographe française est victime de la communication des temps modernes. N’est-ce pourtant pas une preuve que notre langue est vivante ? Car cette défense à outrance d’une certaine orthographe est absurde. Ces jours-ci, nous avons vu, comme chaque année à l’occasion du 14 juillet, des documents de l’époque révolutionnaire et nous avons pu constaté l’évolution de l’orthographe depuis cette époque-là. C’est normal et c’est très bien. Finalement, peu importe. Mais dans nos classes, il semblerait que nous insistions pourtant plus sur cet aspect que sur la syntaxe alors que celle-ci est vraiment porteuse de sens. C’est pourquoi nous devons nous y intéresser de plus près et certainement nous efforcer pour que celle-ci soit encore plus présente dans nos cours. À quoi sert une bonne orthographe si le message ne passe pas ? À rien ! Je ne veux pas dire par là que l’orthographe ne serve à rien. Bien sûr qu’elle contribue à l »ntercompréhension, à l’échange. C’est un code graphique utile mais finalement passager. Contrairement à la syntaxe. Observons simplement des échanges entre internautes sur les blogs, les chats ou les forums. L’orthographe peut être approximative, adaptée et souvent « égratignée » car notre pensée va plus vite que nos doigts sur le clavier, mais la syntaxe, elle, est parfaite. On pourra bien entendu reprocher le manque de phrases complexes mais je crois que le problème ne vient pas de la langue en soi mais du moyen. Ce que nous écrivons sur Internet appartient au monde de l’immédiat. C’est maintenant ou jamais. Ce doit être rapide et court car nous n’avons pas (ou ne ne savons pas prendre) le temps de nous asseoir et de lire tranquillement. Mais c’est un autre débat !

Posted in FLE et didactique | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :