Le blog de Philippe Liria

Auteur, formateur, consultant et éditeur de français langue étrangère (FLE)

Posts Tagged ‘Tableau interactif’

 » Aucune école ne doit investir dans la technologie sans investir de manière substantielle dans la formation des enseignants. »

Posted by Philippe Liria sur 25/09/2011

« Aucune école ne doit investir dans la technologie sans investir de manière substantielle dans la formation des enseignants. » Cette phrase est tirée d’un article d’Hubert Guillaud (Dans les salles de classe, les résultats ne progressent pas)sur le blog qu’il co-anime avec Xavier de La Porte et Rémi Sussan, Inter Actu. Cette affirmation n’est pas anodine et soulève une question bien présente aujourd’hui dans les établissements. On sait ce qui se passe, on implante les technologies comme les TNI dans les salles de classe, on dote les élèves d’ordinateur portable et un certain technodéterminisme nous fait croire qu’avec ça, on a trouvé une réponse à tous les problèmes de la classe. Pourtant, dans certains États des Etats-Unis où ces technologies ne sont plus au stade de l’expérience, on se pose légitimement des questions sur les résultats des élèves et la place du prof. On a vu, comme le rappelait le NYT dans un article de mars dernier des écoles qui pensent que la technologie peut remplacer les enseignants comme ces classes virtuelles en Floride qui prétendent résoudre le problème des sureffectifs. (Disponible en français sur le site du Courrier International)
En Europe, on voit comment les investissements en technologie se font souvent au détriment de la formation des enseignants. On voit même des enseignants fonder leur choix non pas sur des critères pédagogiques mais sur des questions technologiques. Peu importe le contenu, ce qui importe c’est l’emballage : plus il est interactif, mieux c’est. Quant à l’interaction, elle viendra après, s’il y a le temps.
Je reprends un autre extrait de l’article de Guillaud qui cite la chercheuse américaine, Cathy Davidson : « Nous ne sommes pas responsables en tant qu’éducateurs si nous ne faisons qu’enseigner avec la technologie, car il faut également enseigner à travers elle, sur elle et à cause d’elle. Nous devons faire comprendre aux enfants sa puissance, son potentiel, ses dangers, ses usages. Ce n’est pas seulement un investissement qui en vaut la peine, mais c’est un investissement qu’il serait irresponsable d’éviter. » Et elle a certainement raison à condition, comme elle le dit par ailleurs, que nous aidions à comprendre la technologie et pour cela, il faut que les enseignants non seulement la connaissent mais surtout la maîtrise. Or, nombreux sont ceux qui découvrent ces technologies en même temps que leurs élèves (voire même après dans certains cas).
En fait la question n’est pas d’être pour ou contre les technologies dans la salle de classe, je crois que tout le monde est d’accord qu’elles sont devenues un outil de plus au service de l’apprentissage. Dans le même temps, leur entrée se fait souvent très, trop vite sans qu’on ait eu le temps de « repenser l’éducation ».

Publicités

Posted in Techno-pédagogie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Interactif et actionnel : le nouveau Rond-Point innove !

Posted by Philippe Liria sur 10/05/2011

J’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer sur les TBI ou plutôt les TNI comme je préfère dorénavant appeler ces tableaux qui entrent dans nos salles de classe depuis quelque temps. Aujourd’hui, c’est parce que je crois qu’il y a enfin du nouveau avec la clé USB+ du Nouveau Rond-Point.
Jusqu’à présent, les livres numériques des méthodes sont le plus souvent de simples PDFs enrichis. C’est mieux que rien mais ça limite l’utilisation de notre TNI. Bref, les versions numériques allaient à la traine de la version papier. Or, ce qu’il fallait, c’était concevoir des activités spécifiques pour la méthode. Nous créerons ainsi une dynamique véritablement différente. Je vous invite à jeter un coup d’oeil à cette vidéo où vous pourrez découvrir les nouvelles possibilités de la méthode grâce l’interaction qu’elle permet entre activités / TNI et apprenants. L’élève devient ainsi véritablement actif, comme le suggère Serge Priniotakis dans son article sur les TNI dans la deuxième édition de L’approche actionnelle dans l’enseignement des langues (EDML, Paris, 2011).

Posted in En vrac, FLE et didactique, Techno-pédagogie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un TBI ? Pour quoi faire ?

Posted by Philippe Liria sur 22/12/2009

Photo : García Ortega

En 2010, DifusiónEDML va proposer de nouveaux contenus pour le tableau blanc interactif ou TBI. Ce sera un complément didactique qui vous permettra de tirer le meilleur parti de nos manuels pour vos classes. Mais nous ne voulons pas nous contenter de concevoir du matériel pour les professeurs, nous voulons aussi et surtout le faire avec les professeurs. C’est pourquoi nous avons ouvert ce blog, afin de vous permettre d’y laisser vos remarques ou vos commentaires sur ce nouveau support et le matériel qui doit ou devrait l’accompagner. Ce blog se veut être un véritable lieu d’échanges et de débat.

Au cours de nos ateliers et journées, nous avons recueilli des opinions de professeurs sur le TBI. En voici un petit résumé que nous vous proposons sous forme de liste :

  1. Le TBI doit être au service de l’enseignant et pas l’inverse ;
  2. C’est notre méthodologie qui doit déterminer l’usage du TBI mais en aucun cas le contraire ;
  3. Sans une réflexion méthodologique préalable qui définirait l’intégration du TBI dans la classe, le TBI n’est qu’un support onéreux pour une simple projection de PDF ;
  4. Si les élèves n’apprennent vraiment qu’en communiquant, le TBI ne sera le bienvenu que s’il renforce la communication et l’interaction dans la classe ;
  5. C’est beaucoup plus pratique que d’avoir à manipuler un tableau, un lecteur CD, un projecteur, un téléviseur… C’est vraiment pratique ;
  6. Le progrès dans la classe ne vient pas de la technologie mais de la méthodologie : le TBI ne sert à rien si les méthodologies sont dépassées ;
  7. La valeur d’un outil didactique dépend de son utilité dans la classe, pas de son prix sur le marché ni d’un effet de mode ;
  8. Le TBI permet de rendre les corrections d’activités beaucoup plus interactives.
  9. Les élèves ne viennent pas en classe pour se taire devant un écran de projection. Autant aller au cinéma !
  10. Un écran avec des présentations dynamiques peut maintenir la motivation des élèves une semaine ; en revanche, une dynamique de classe actionnelle où dominent l’interaction et la conscientisation de l’apprentissage maintiendront la motivation pendant toute l’année ;
  11. Selon  le CECR, l’élève est au centre du processus d’apprentissage, pas le TBI ;
  12. Les élèves adorent. On sent que le TBI crée une nouvelle dynamique qui les motive.

Ces idées vous inspirent ? Qu’ajouteriez-vous ? Vous n’êtes pas d’accord ? Nous attendons vos réactions !

Posted in Techno-pédagogie | Tagué: , , , , , , | 9 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :